Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Les Echos
22 Septembre 1960-22 Septembre 2010 : Logo Sabouciré, le Mali au rendez-vous de l’Histoire

Après 132 ans, le Mali a rendu mercredi 1er septembre 2010, pour la seconde fois après celui de Modibo Kéita le 22 septembre 1960, hommage aux combattants de Logo Sabouciré (Kayes) et à tous nos héros combattants pour la dignité, la liberté et l’indépendance.

Situé à 25 km de la ville de Kayes, Logo Sabouciré, est ce village par où le colonisateur blanc a fait son entrée dans le Soudan français. La bataille qui s’est déroulée le 22 septembre 1878 vers 6 heures, a été l’une des plus sanglantes livrées par le colonisateur français, entre 1857 et 1898, pour le contrôle du Soudan.

La proclamation de l’indépendance du Mali le 22 septembre 1960, par le premier président du Mali, Modibo Kéita, marque un symbole fort et une reconnaissance aux combattants de Logo Sabouciré. Ils sont rares, les Maliens à faire un lien entre la date du 22 septembre 1878 et celle du 22 septembre 1960. C’est parce que l’histoire de la bataille de Logo Sabouciré n’a pas été suffisamment enseignée dans les classes. Le chef de l’Etat, présent à Logo Sabouciré le 1er septembre, l’a reconnu. Dans son allocution, ATT, a souligné que les faits de nos héros n’ont reçu malheureusement l’éclairage qu’elle mérite. Pour le chef de l’Etat, il est devenu nécessaire d’écrire les pages de notre histoire. Ne serai-ce que pour les futures générations pour qu’elles s’en approprient.
Le chef de l’Etat a rendu un vibrant hommage à Logo Sabouciré et à tous les villages dont les populations se sont opposées vaillamment au colonisateur. De Niamodi Sissoko en passant par Babemba, Tiéba, Samory Touré et autres Bazani Théra, le président de la République a souligné la bravoure de tous les vaillants héros précurseurs de notre lutte pour l’indépendance. ATT a rendu un hommage mérité à Modibo Keita, premier président du Mali et à ses compagnons qui, sans prendre les armes, ont lutté âprement pour la conquête de notre liberté.
Un verrou
Pour perpétuer la mémoire de nos héros de la résistance, un monument de la résistance a été érigé à Sabouciré. Le choix de Logo Sabouciré pour abriter le lancement de la célébration du cinquantenaire n’est pas du hasard pour le président de la République, car c’est dans cet ex-royaume qu’eurent lieu le premier coup de canon du colonisateur et la riposte du peuple pour sa liberté. Selon ATT, "nous devons préserver les valeurs". Il a souhaité que ce monument de la résistance porte témoignage pour l’éternité.
Pour ceux qui ne le savent pas, Sabouciré était la capitale du Royaume du Logo. Selon Diadié Yacouba Danioko, chercheur et ancien ministre de la Culture, sous l’administration Faidherbe, les Français se sont rendus compte de l’existence d’un verrou qui rendait difficile la progression de leurs forces en Afrique de l’Ouest.
Pour cette raison, la France a confié cette bataille au lieutenant-colonel Reybaud dont la troupe était partie de Saint-Louis (Sénégal), le 11 septembre 1878 pour arriver à Sabouciré quelques jours plus tard, c’est-à-dire, le 22 septembre, dans l’intention de se rendre au Niger, en passant par le Mali.
A la tête d’une force de 585 hommes, 4 canons et 80 chevaux, Reybaud a affronté dès l’aube et pendant cinq heures, les troupes du roi Niamodi Sissoko.
Malgré la vaillance des défenseurs de la cité qui était protégée par un imposant "tata", la puissance de feu du détachement colonial ne pouvait que faire la différence à la longue avec de lourdes pertes en vies humaines de chaque côté. Il y a eu 13 morts, dont 2 officiers (un capitaine et un lieutenant) et 51 blessés chez les assaillants. Du côté des défenseurs du royaume de Logo, on a dénombré 150 morts dont le roi Niamodi Sissoko.
La bataille de Sabouciré a été l’une des plus sanglantes livrées par le colonisateur français, entre 1857 et 1898. Pour le contrôle du Soudan, "il fallait faire sauter le verrou à Logo Sabouciré pour pouvoir prendre Bafoulabé, Kita, Bamako…"

Amadou Sidibé

Denis Koné

02 Septembre 2010.

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2019 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés