Partager

Après la signature d’un contrat en bonne et due forme, et l’encaissement de l’avance de sa prestation, l’artiste ivoirien Meiway ne s’est pas produit au Festival sur le Niger comme prévu. Sidérée, la direction du Festival sur le Niger dénonce l’agence Coppaac « Casa Tropicale Musica » SARL représentée par Suana José Kapésa, le manager de Meiway.

Il faisait partie des têtes d’affiche au 8e Festival sur le Niger. Meiway, artiste-musicien ivoirien, c’est de lui qu’il s’agit, a brillé par son absence au grand dam de milliers de festivaliers. Ce retournement de veste de l’artiste est intervenu au moment où un contrat liait le manager de Meiway, Suana José Kapésa de l’agence Coppaac « Casa Tropicale Musica » SARL, au directeur du Festival Mamou Daffé.

Pour la direction du Festival, rien ne saurait justifier l’absence de Meiway. A partir du moment où la direction de cet événement s’est pliée à ses exigences comme en témoigne le contrat. « Le festival s’engage à verser à l’artiste, en contrepartie de sa prestation scénique à Ségou, dans le cadre du Festival sur le Niger, en février 2012, la somme de 5 millions de F CFA ». Conformément aux clauses, la moitié de la somme indiquée a été versée au manager le 5 décembre 2011 par virement bancaire soit 2 054 013 F CFA à la BNDA. Aussi Mamou Daffé et les siens avaient-ils accepté toutes les exigences de l’artiste pour qu’il puisse accomplir sa part de contrat.

Hélas ! Alors que la programmation a été faite, le Festival s’est plié en deux et accepté de décaler son jour de prestation au 15 février. La direction du Festival a fait d’autres concessions en acceptant de lui acheter un autre billet supplémentaire sur la Guinée (il devrait se rendre dans ce pays voisin pour assister à une manifestation) après son spectacle de Ségou.

Autre sacrifice, « le festival a accepté des noms supplémentaires que le manager jugeait indispensables pour une prestation de qualité ».

Le Festival sur le Niger, pour le respect dû à son public et sa volonté de mieux articuler sa programmation a tout fait pour satisfaire les milliers de festivaliers dont beaucoup ont effectué le déplacement rien que pour voir l’artiste. Mais Meiway et son manager en ont décidé autrement.

Une escroquerie ?

Amadou Sidibé

27 Février 2012