Partager

ATT doit peser ses mots avant de les prononcer, autrement il révèle chaque fois à la face du monde qu’il est entouré de conseillers notoirement incompétents. C’est ce que pense le président de l’ATCM.

«La sortie du président de la République, Amadou Toumani Touré a été très hasardeuse», a déclaré Ousmane Berthé, secrétaire général de l’Association des travailleurs compressés du Mali. Lors de l’anniversaire de sa cérémonie d’investiture, ATT s’était exprimé sur l’affaire des travailleurs compressés en indiquant que certains avaient déjà été payés et qu’il ne connaissait pas leur nombre.

Ousmane Berthé a réagi à ces déclarations en soulignant que, soit ATT ne connaît pas leur dossier, soit il est induit en erreur par ses collaborateurs.

A travers ces propos, M. Berthé a reconnu les paroles du directeur du budget qui a l’habitude de dire que les délégués cherchent leur propre profit et non celui des travailleurs. Ousmane Berthé réplique : «les 25 000 travailleurs ont des droits car il y a eu des jugements. On a décidé d’aller à l’extinction des jugements, des déboutés et des requêtes.

La réponse du premier responsable du pays ne doit pas consister à vouloir humilier des gens en disant qu’ils sont là pour leur profit». En fait, le secrétaire général de l’ATCM explique que l’Etat a exécuté certains paiements par tranche de 10 %, ce qui ralentit la procédure et les paiements. Depuis 1999, a-t-il dit, l’Etat s’est mis dans cette stratégie de payer par tranche de 10 %. M. Ousmane Berthé ne doute pas de la bonne volonté d’ATT, mais indique qu’il doit bien peser ses mots avant de les annoncer.

Concernant la situation de l’ATCM, M. Berthé a souligné qu’ils doivent rencontrer le ministre des Finances Abou-Bakar Traoré, cette semaine. Le ministre devrait leur faire des propositions concernant les transactions et les dossiers définitifs afin qu’ils évoluent vers le paiement.

Cette mauvaise sortie d’ATT après celle du «Bé biba bolo» révèle que le président de la République est très mal entouré. Or, on ne saurait diriger valablement un pays avec des conseillers notoirement incompétents.


Baba Dembélé

17 Juin 2008