Partager

L’Office de la protection des végétaux (OPV) a tenu, hier, dans ses locaux, la septième session ordinaire de son Conseil d’administration. Les travaux étaient dirigés par Fousseyni Diarra, Conseiller technique au ministère de l’Agriculture. Comme d’habitude, les administrateurs ont procéder à l’analyse critique et constructive des documents soumis à leur appréciation. Ils ont dégagé des recommandations et des orientations pertinentes permettant de consolider l’efficacité de l’OVP dans l’accomplissement de sa mission de protection des végétaux pour la réussite de la campagne phytosanitaire 2011-2012.

Dans l’ensemble, la campagne phytosanitaire, qui s’achève, est demeurée calme par rapport à la précédente, toutefois elle aura été marquée, par endroit, par des menaces d’oiseaux granivores notamment, dans les zones rizicoles des régions de Ségou, Mopti, Tombouctou et Gao, de même que par des manifestations d’autres déprédateurs comme les sauteriaux dans la bande sahélienne et des chenilles défoliatrices dans les régions de Koulikoro, Ségou et Sikasso.

« Il est très réconfortant de souligner que, grâce à la veille et à la diligence qui ont toujours caractérisé les interventions de l’OPV, ces différentes infestations ont été circonscrites et n’ont eu, de ce fait, qu’une incidence économique mineure sur les récoles au titre de la campagne agricole 2010-2012, qui s’est bouclée sur une production céréalière record », a déclaré, Fousseyni Diarra, Conseiller technique au ministère de l’Agriculture.

A le croire, plus 2 000 hectares ont été traités dans l’esprit d’une pratique agricole saine et fondamentalement respectueuse de l’environnement en s’appuyant sur l’utilisation des filets de capture d’oiseaux et d’autres méthodes alternatives épargnant le recours aux pesticides.

« C’est le lieu de féliciter tout le personnel de l’OPV pour les résultats acquis et pour la bonne perception qu’il a de la mesure de sa mission et de souligner combien il est important que ce cap soit maintenu pour l’avènement d’une agriculture propre, productive et compétitive« , a indiqué M. Diarra. Avant de préciser que la prochaine campagne agricole, qui démarre le programme phytosanitaire, est basée particulièrement sur la formation des producteurs à gérer non seulement la production mais aussi les ravageurs des cultures. Selon lui, ce programme de renforcement de capacité placera en son centre l’approche « Gestion intégrée de la production et des déprédateurs à travers les champs écoles-paysans« .

Ce qui permettra aux producteurs d’avoir l’aptitude de diagnostiquer et de trouver les solutions appropriées aux problèmes d’exploitation afin de mettre sur le marché des produits agricoles sains, compétitifs et conformes aux standards exigés. Pour ce faire, des postes d’observations seront crées dans les jachères et les pâturages afin de prévenir les pullulations et de prendre conséquemment, les mesures d’intervention appropriées dans la logique d’éviter le recours aux pesticides classiques. Selon Fousseyni Diarra.

« C’est vous dire combien, le département de l’Agriculture accorde de l’importance à l’approche de la gestion intégrée de la production et des déprédateurs, convaincu qu’appliquée à bon escient, elle est à même de contribuer fortement à l’atteinte de la sécurité alimentaire et à la construction des bases d’une agriculture durable », a-t-il indiqué. C’est dans cette perspective qu’il a invité les administrateurs à procéder, comme d’habitude, à l’analyse critique et constructive des documents soumis à leur appréciation.

Au terme des travaux, ils ont dégagé des recommandations et des orientations pertinentes permettant de consolider l’efficacité de l’OVP dans l’accomplissement de sa mission de protection des végétaux pour la réussite de la campagne phytosanitaire 2011-2012.

Par Soumaïla GUINDO

18 Janvier 2011