Partager

La 7è Revue annuelle des réformes politiques, programmes et projets communautaires de l’Union économique monétaire ouest-africaine (Uemoa) du Mali s’est tenue hier dans un hôtel de la place. L’ouverture des travaux a été présidée par le représentant du ministre de l’Économie et des Finances, Diakaridia Dembélé. C’était en présence du représentant résident de l’Union, Mamadou Moustapha Barro, des experts et points focaux nationaux

Durant trois jours, les experts et points focaux de la Commission de l’Uemoa feront le point de l’état de mise en œuvre des réformes de l’Uemoa au plan national. Il sera également question d’échanger sur la base de la grille de pondération retenue d’un commun accord lors de l’atelier régional afin de ressortir la performance réalisée par le Mali dans la mise en œuvre des réformes, politiques, programmes et projets communautaires.

Les travaux ont débuté par une phase technique consacrée notamment, à l’évaluation de la mise en œuvre effective de 116 textes réglementaires ainsi que de dix projets communautaires pour un montant de près de 46 milliards de Fcfa.

Le représentant du ministre de l’Économie et des Finances, Diakaridia Dembélé a témoigné toute sa gratitude et la reconnaissance du gouvernement à la Commission de l’Uemoa qui, sans relâche, travaille inlassablement à l’atteinte des objectifs de l’Union pour une meilleure intégration des États membres. Cette revue annuelle vise, selon lui, à imprimer un coup d’accélérateur au rythme d’internalisation des réformes, des politiques, des programmes et des projets de l’Uemoa.

À titre de rappel, Diakaridia Dembélé a indiqué que la sixième revue effectuée en 2020 a révélé une amélioration de l’état général de mise en œuvre des réformes dans l’Union, avec un taux de mise en œuvre de 76% contre 74% en 2019, soit un accroissement de 2 points de pourcentage. Pour le Mali, ce taux est de 89% en 2020 contre 82% en 2019, soit une augmentation de 7 points de pourcentage.

Ce résultat élogieux réalisé par notre pays est imputable aux autorités maliennes qui ont su donner une impulsion politique à la mise en œuvre des réformes, politiques, programmes et projets communautaires, a indiqué le représentant du patron de l’hôtel des Finances.

Diakaridia Dembelé a affirmé que la revue annuelle vise d’une part à améliorer le niveau et la qualité de mise en œuvre des réformes, des politiques, des programmes et des projets de l’Uemoa. Il s’agit de favoriser en particulier la transposition des directives dans les délais impartis, à renforcer le niveau de dialogue et de concertation nationale avec la Commission de l’Uemoa dans le cadre des interventions régionales à internationaliser. Aussi, s’agissait-il également d’identifier les difficultés et les écueils qui pèsent dans la bonne exécution des chantiers communautaires. Il a ajouté que la revue annuelle offre au Mali une occasion exclusive pour revisiter en profondeur les réformes et politiques communautaires et pour connaître la nature précise des lenteurs qui affectent leur mise en application.

S’agissant des réformes de l’Uemoa, le représentant du ministre en charge de l’Économie a rappelé qu’elles touchent à plusieurs domaines, mais qu’elles sont regroupées en trois grandes catégories que sont : les réformes dans le domaine de la gouvernance économique et de la convergence, les réformes du marché commun et celles touchant les politiques sectorielles.

Pour le représentant résident de l’Uemoa au Mali, la revue s’inscrit dans le processus d’identification des facteurs pouvant spolier les fruits des différents efforts communautaires en vue, selon Mamadou Moustapha Barro, d’anticiper les actions idoines pour une impulsion politique ciblée au processus d’intégration dans l’espace Uemoa. La conférence des chefs d’État et de gouvernement de l’Uemoa a institué cet exercice par acte additionnel pour favoriser et faciliter l’accélération de l’application des réformes, politiques, programmes et projets communautaires au sein de l’Union, a expliqué Mamadou Moustapha Barro.

Les résultats obtenus à ce jour, s’est-il réjoui, témoignent de sa forte contribution à l’effectivité de l’harmonisation des législations nationales et à la coordination du suivi de la mise en œuvre des politiques, programmes et projets communautaires.

Le représentant résident a également relevé que les six dernières éditions de la Revue ont suscité un engouement et une forte adhésion des États membres. Elles ont permis de dynamiser le dispositif national de suivi de mise en œuvre des textes communautaires, tant sur le plan de leur transposition que de leur application effective, a conclu Mamadou Moustapha Barro.

À noter que la Revue annuelle des réformes, politiques, programmes et projets communautaires au sein de l’Uemoa, placée sous la présidence des Premiers ministres ou chefs de gouvernement et sous la tutelle des ministres en charge des Finances, a été instituée par acte additionnel de la Conférence des chefs d’État et de gouvernement (CCEG) du 24 octobre 2013. Son objectif principal est de favoriser l’accélération de l’application des réformes politiques, programmes et projets communautaires au sein de l’Union dans le cadre de l’approfondissement de l’intégration régionale.

Anne-Marie KÉÏTA

Source: LEssor