Partager

C’est le lundi surpassé que Nouhoum avait effectué sa prise de fonction à N’Pessoba au compte d’une entreprise publique de la place. Aussitôt arrivé dans son service, il est mis en contact avec un jeune collaborateur pour lui faire visiter les installations. Ayant passé presque la journée ensemble les deux jeunes hommes se lient aussitôt amitié ; le natif promettant alors un séjour agréable à son ami.

C’était le début d’une amitié éphémère interrompue brusquement par l’immixtion d’une femme. En effet, c’est la fiancée de Karim qui a bouleversé toute l’histoire. Après cette 1ère journée de prise de contact, Nouhoum était rentré à son domicile pour se reposer et organiser quelque peu cette nouvelle vie qui débutait, elle devait durer 6 mois. Aux environs de 19 heures Nouhoum qui s’apprêtait à prendre son dîner remarque deux silhouettes dans sa direction, très vite, il reconnaît Karim son collègue avec qui il avait passé la journée. Celui-ci l’interpelle aussitôt : «Mon Djo, comment ça va, je sais que tu as la nostalgie de Bamako, mais ne t’en fait pas… ». L’autre silhouette était la fiancée de Karim, elle s’appelait Mariétou, le couple était venu rendre visite à Karim le Bamakois. De l’arrivée du couple à son départ la dame n’avait placé un seul mot à peine si elle avait levé la tête.

Le lendemain mardi Nouhoum est parti à son boulot pour revenir à midi pour manger et se reposer. Mais à peine rentré que Nouhoum entend frapper à sa porte. Il était quelque peu surpris car il n’attendait pas de visite surtout qu’il ne reconnaît personne dans la ville. Aussitôt, il répondit : «Oui, vous pouvez entrer ! Qui est-ce ?… ». Il reconnaît alors la jeune dame fiancée de son collègue, qui le salue de la main et s’assoie à côté de lui sur le petit divan du salon. Après les salutations d’usage Nouhoum confus sort de la chambre pour la toilette, entre temps les idées et les questions se bousculaient dans sa tête.

A son retour dans le salon Nouhoum constate que la jeune dame avait disparu, elle s’était couchée dans la chambre. Nouhoum qui ne comprenait rien, constate pourtant les chaussures de la jeune dame restées à l’entrée de la maison. Depuis la chambre elle invite Nouhoum à le rejoindre pour une discussion. Dépassé par l’audace de la jeune dame, Nouhoum rentre dans la chambre et découvre la jeune dame nue. Elle était belle en forme, en un mot elle suscitait la tentation.

Alors ce qui devait arriver est arrivé, c’était le début d’une aventure. Toute la semaine les deux amoureux passaient les journées ensemble puisque Nouhoum travaillait partiellement. C’est le lundi dernier que le scandale éclata, en effet Nouhoum venait de se régaler une fois de plus. Mais aussitôt il eu un drôle de sensation, c’est dire que l’envie augmentait chaque fois qu’il terminait une manche. Alors pour la 7ème fois il décide de s’arrêter mais constate que son sexe était plus que révolté. L’érection plus de vigueur et persistait, alors Nouhoum avait espéré une accalmie en vain.

On dirait que Mariétou avait compris, elle disparaît. C’est alors que Nouhoum 4 heures après appelle son Directeur pour lui expliquer la situation. Celui-ci qui était arrivé sur les lieux avait alors sollicité le médecin chef de l’hôpital. Celui-ci après des tentatives décide d’évacuer le malade bizarre. Dans l’ambulance Nouhoum avait porté un boubou, soulevé du devant sans autre douleur sur le reste du corps.

Le mardi après plusieurs tentatives les médecins de l’hôpital du Point- G conseillent au malade de voir des tradi-thérapeutes. Après des consultations, c’est finalement le mercredi aux environs de 16 heures à Lobugoula (dans la région de Sikasso) que Nouhoum retrouve sa santé ; c’est Nianakoro qui s’en était occupé. La nouvelle avait fait le tour entre M’Pessoba, Bamako, Sikasso et Lobougoula, car c’est l’ambulance qui avait fait le voyage. Arrivé à Bamako ce jeudi, Nouhoum jure ne plus partir à M’Pessoba, en outre il ne décroche plus d’appels inconnus, tout en s’activant à conseiller aux gens de laisser les femmes d’autruis en paix.

Youba KONATE

Zénith Balé du 27 avril 2012