Partager

Notre pays fait figure de bon élève en matière de respect des engagements pris avec les partenaires au développement, particulièrement le Fonds monétaire International (FMI). Le constat a été fait par une mission du Fonds qui a séjourné dans notre pays du 27 au 29 septembre 2016, dans le cadre de la 6ème revue du programme de la Facilité Elargie de Crédit.

En fin de mission dans notre pays, cette mission, dirigée par Lisandro Abrego, a rencontré la presse au ministère de l’Economie et des Finances pour faire le point des ses conclusions préliminaires. Le communiqué de presse qui a sanctionné ces discussions avec les autorités maliennes note que «l’économie du Mali continue de croître à un rythme soutenu, avec une prévision de croissance du PIB de 5,4% au titre de l’année 2016.
L’activité économique est tirée aussi bien par les dépenses publiques d’investissement que par la politique accommodante de la Banque centrale régionale (BCEAO). L’inflation est en baisse et pourrait diminuer à 0.5% à fin décembre. En 2017, il est prévu que la croissance du PIB reste forte à 5,3 %, pendant que l’inflation devrait rester contenue à 1 %.
Cette perspective favorable est toutefois sujette à des risques, notamment liés à la situation sécuritaire fragile du Mali» précise le communiqué. Aussi, «la mission se réjouit du progrès continu constaté dans la mise en œuvre du programme. Tous les critères quantitatifs pour le mois de juin 2016 ont été respectés et des avancées sont enregistrées dans la mise en œuvre des réformes structurelles dans la plupart des domaines» peut-on lire dans le communiqué.

Par ailleurs, la mission salue le projet de Loi de finances 2017, qui cible une mobilisation accrue des recettes fiscales et un déficit budgétaire global d’environ 4% du PlB. Le budget prévoit aussi des dotations pour alimenter le Fonds de développement durable pour lequel les autorités envisagent de rechercher d’autres sources de financement et d’incorporer un plus grand niveau d’investissement public, y compris pour la mise en œuvre de l’Accord de paix.

Sur les principaux éléments du programme économique de 2017 et la conclusion de la 6ème revue du programme FEC, la mission des services du FMI et les autorités sont parvenus à un accord préliminaire.
Parmi les éléments de ce programme figure la déclaration des biens des hauts cadres de l’administration. A ce sujet, le Gouvernement table sur la fin de l’année 2016 pour rendre cette mesure obligatoire à tous les hauts cadres de l’administration.

Yaya Samaké

Du 29 Septembre 2016