Partager

Ousmane Issoufi Maïga premier ministre, Mme Maïga Zéïnab Mint Youba ministre de la santé, membres du gouvernement, représentants du corps diplomatique, des organisations internationales, de l’assemblée nationale, responsables politiques et nombreuses personnalités africaines et européennes de la pharmacie étaient présents à la cérémonie.

Rencontre périodique des pharmaciens, instituée par l’Inter-Ordre des Pharmaciens Africains (IOPA), l’Intersyndical des Pharmaciens Africains (ISPHARMA) et l’Association des Centrales d’Achats des Médicaments Essentiels (ACAME), ce forum est depuis 1999, un cadre de concertation et de discussion pour les pharmaciens africains, européens et américains, sur les préoccupations liées aux médicaments ainsi que la santé publique.

En 1999, la première édition du forum pharmaceutique international a eu lieu au Bénin, puis au Sénégal, au Cameroun, en Guinée et au Burkina.
Le forum prendra fin demain.

Interface entre médecins et patients, le pharmacien reste au cœur de la prise en charge des maladies.

En mai dernier, une session de formation d’une cinquantaine de pharmaciens, organisée par le Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens (CNOP) avait eu lieu. Les pharmaciens sont essentiels dans la distribution des ARV.

Le Haut Conseil National de Lutte contre le Sida (HCNLS), qui vient d’être crée, met gratuitement les ARV à la disposition des personnes infectées par le Vih/Sida.

Tout en saluant l’accompagnement du chef de l’état et de son intérêt pour les préoccupations du peuple, la ministre de la santé, a affirmé que le pharmacien est un agent de santé publique qui a une place privilégiée dans toutes les stratégies nationales de lutte contre les maladies.

La rencontre de Bamako s’inscrit dans une phase de questionnements sur les réponses à apporter pour accompagner les réformes de nos systèmes de santé respectifs face au paludisme, a indiqué Mme Cissé Djita Dème, présidente du le Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens.

Pour le chef de l’état, la première condition du bien-être est la santé.

Le pharmacien reste au cœur de la santé publique a indiqué le président de la république.

Rappel de la série de baisse opérée par le gouvernement par rapport aux prix des médicaments a été fait par le chef de l’état.

En signe de reconnaissance, le Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens (CNOP), a élévé le président de la république au grade de pharmacien honoris causa.

Le caducée spécial du pharmacien, symbolisant le titre d’honneur décerné par les pharmacien a été également remis au président Touré.

Thèmes tels, le rôle du pharmacien dans la prise en charge du VIH/Sida, progrès accomplis dans la lutte contre le paludisme et les médicaments par terre, définition des meilleures méthodes pour accroître l’accessibilité géographique et financière du médicament et améliorer la qualité de vie de s populations, ainsi que la diffusion de recherche et d’échanges entre chercheurs, seront analysés par les participants, durant les deux jours de travaux.

08 juin 2005