Partager

La ville de Gao a accueilli, le lundi 25 avril, la 6ème conférence des chefs d’Etat du Liptako – Gourma qui a regroupé autour du président ATT, Blaise Compaoré du Burkina Faso et Mamadou Tandia du Niger.

Le choix d’une capitale régionale pour abriter une telle rencontre d’envergure résulte de la volonté des présidents des trois pays membres de rapprocher davantage l’organisation des populations bénéficiaires.

Et la cité des Askia a gagné le pari de l’organisation et de la mobilisation.
L’accueil réservé au président ATT (le dimanche 24 avril dans l’après midi) et à ses deux hôtes Blaise Compaoré et Mamadou Tandia (le lundi matin) en est la parfaite illustration.

Après les bains de foule, le lancement du programme de développement de l’élevage et la pose de la première pierre d’un laboratoire vétérinaire, les travaux proprement dits de la conférence ont eu lieu au centre catholique Sœur Geneviève.

Chacun des trois chefs d’Etat était accompagné de plusieurs ministres, des experts et des responsables politiques et administratifs des régions couvertes par le Liptako Gourma. L’ordre du jour principal était de faire le point de la table ronde des bailleurs de fonds et l’état des ressources mobilisés depuis lors de cette rencontre.

Au cours de leurs travaux, les chefs d’Etat ont examiné les conclusions de la sixième session extraordinaire du conseil des ministres qui avait eu lieu le 23 avril et qui avait regroupé Seydou Bouga ministre de l’économie et du développement du Burina Faso et président du conseil des ministres du Liptako Gourma, Ahmed Diane Séméga ministre de l’énergie, des mines et de l’eau du Mali et Jina Moussa Abdoulaye ministre des ressources animales du Niger. Ce conseil des ministres fut aussi précédé de la rencontre des experts, les 21 et 22 avril toujours à Gao.

Dans le communiqué final issu de leur 6ème conférence, les chefs d’Etat, se sont félicités de la mise en œuvre de l’important programme régional de développement de l’élevage. S’agissant du programme d’aménagement du bief fluvial Tombouctou – Gaya, ils ont exhorté l’Autorité du Liptako – Gourma (ALG) à s’investir davantage pour jouer un rôle actif dans le pilotage de la réalisation des ouvrages.

De même, les chefs d’Etat ont invité l’ALG à focaliser les efforts sur des programmes et projets majeurs afin de permettre à l’organisation de devenir réellement l’instrument d’intégration pour réaliser des investissements structurants.

Tenant compte des spécificités des trois pays membres, ils ont donné instruction au conseil des ministres de mener une étude en vue de la transformation de l’ALG en un espace économique intégré. Par rapport au financement des initiatives allant dans le sens de la lutte contre la pauvreté, la conférence s’est réjouie de l’accompagnement et la disponibilité des partenaires techniques et financiers.

La situation en Côte d’Ivoire et au Togo a été évoquée. Ainsi, pour la première, la conférence a salué la signature récente de l’accord de Pretoria entre les différents protagonistes de la crise. Pour le second, ils ont renouvelé leur soutien aux positions de la CEDEAO et de l’Union Africaine.

Enfin ATT, Blaise Compaoré et Mamadou Tandia ont félicité le président en exercice du conseil des ministres et le Directeur général de l’Autorité du Liptako – Gourma, le Nigérien Ali Zéïni Gado pour les résultats obtenus depuis la table ronde des bailleurs de fonds de Ouagadougou, le 21 mars 2003.

Très satisfait des conclusions de cette 6ème conférence, le président du Burkina Faso et président en exercice de la conférence des chefs d’Etat a salué cette nouvelle dynamique amorcée et qui commence à porter fruit avec l’élargissement du cercle des partenaires techniques et financiers et la confiance qui s’est accrue entre les parties.

Auparavant, Issa Coulibaly, vice- président de la Boad, au nom des partenaires (Uemoa, Cilss, Bid, Fao, Boad, Cirdes) avait exprimé son engagement à soutenir le Liptako-Gourma qui est une organisation qui cultive l’esprit de coopération et de solidarité sous-régionales. Rendez-vous a été pris pour Tilabery (Niger) en 2006 pour la 7ème conférence des chefs d’Etat.

Par Youssouf Camara

Envoyé spécial à Gao

28 avril 2005

DANS LES COULISSES DE LA CONFERENCE

Un sommet sous haute Surveillance
La principale remarque qui frappait l’oeil des observateurs lors du sommet des chefs d’Etat du Liptako-Gourma était sans nul doute la forte présence des forces de sécurité. En effet, compte tenu d’un passé récent dans cette partie du territoire malien connu pour son insécurité, les organisateurs avaient pris toutes les dispositions nécessaires pour assurer la sécurité des participants. Ainsi les forces (militaires, gendarmes et policiers) étaient en état d’alerte. Elles sont été mobilisées à tous les niveaux de l’aéroport à la salle des conférences en passant par le site de la pose de la première pierre du laboratoire vétérinaire. Aussi des équipes de patrouille ont sillonné toute la ville tout au long de la nuit. Les délégations du Burkina et du Niger étaient aussi renforcées en matière de sécurité

Le commerce et l’artisanat profitent de la conférence

Ville à vocation touristique et culturelle, la cité des Askia est aussi une plaque commerciale tournante entre les pays du Maghreb et le sud. Une aubaine que les participants à la 6ème conférence des chefs d’Etat du Liptako-Gourma n’ont pas manqué. Ainsi des articles tels que les ameublements des maisons comme les tapis, les draps, les rideaux, les congélateurs, des produits de consommation courante tels que le thé, la date, le couscous marocain, la viande, le lait en poudre, les pots de fleur ont été fortement achetés par les participants aussi bien maliens que burkinabés ou nigériens. Les produits du savoir faire artisanal comme les chaussures, les sacs ont également été admirés. De même les quelques hôtels de la ville, les restaurants cafétéria peuvent tous se frotter les mains. En tout cas, le commerce a beaucoup profité du sommet.