Partager

Commerces fermés, grand marché désert: Antananarivo présentait un visage inhabituellement calme jeudi après l’appel à une journée « ville morte » lancé mercredi par le maire de la capitale de Madagascar, où les émeutes ont fait au moins 68 morts depuis lundi. Le maire d’Antananarivo a appelé la population de la ville à observer une journée « ville morte » jeudi pour que le gouvernement arrête les meurtriers d’un adolescent tué par balle lundi lors d’émeutes en marge d’un rassemblement contre le régime. Pour les partisans du maire, cet adolescent – tué devant la télévision privée du chef de l’Etat lors de sa mise à sac par des émeutiers et première victime recensée des violences – est devenu un symbole. Mercredi soir, M. Ravalomanana a indiqué qu’il n’entamera « aucune poursuite suite à la destruction et le pillage de tous les (magasins) Magro« , qui lui appartiennent, « car il comprend que le peuple malagasy est pauvre et a faim ». Le bras de fer s’est nettement durci avec la fermeture par le gouvernement le 13 décembre de sa télévision, Viva, qui avait diffusé une interview de l’ex-président en exil M. Ratsiraka. (Afp)