Partager

Laurent Akoun, secrétaire général du Front populaire ivoirien (FPI), parti de l’ex-président Laurent Gbagbo, a été condamné vendredi à six mois de prison ferme pour trouble à l’ordre public, a constaté l’un de nos journalistes.A l’issue de vifs débats d’environ quatre heures, M. Akoun, qui avait été arrêté le 26 août, a été condamné à une peine de 06 mois de prison ferme. Le procureur Allah Kouadio avait requis 05 ans de prison pour des propos tenus par le responsable du FPI lors d’une réunion avec des militants, et repris dans la presse. Ces propos, accusant le président Alassane Ouattara de « mentir » et d’avoir voulu « tuer Gbagbo », « poussent à la révolte et sont de nature à menacer l’ordre public et à créer des troubles politiques graves », a lancé le procureur, fustigeant « un appel à l’insurrection ». Sa défense avait réclamé une « relaxe pure et simple », jugeant l’accusation infondée. Le président du tribunal, le juge Braman Koné, a interrogé Laurent Akoun sur un éventuel lien entre les propos incriminés et les attaques contre l’armée qui ont commencé quelques jours plus tard, suscitant un tollé dans l’assistance, parmi laquelle des responsables du FPI. La Côte d’Ivoire connaît actuellement son plus sérieux regain de tension depuis la fin de la crise postélectorale (décembre 2010-avril 2011). AFP.