Partager

Le Groupe de soutien et de suivie sur la situation au Mali a tenu sa 5ème réunion, lundi dernier à Bamako. Cette réunion a été l’occasion pour les participants de passer en revue les développements intervenus dans notre pays depuis leur dernière rencontre, le 19 avril dernier. Ils ont réaffirmé la nécessité de la poursuite du dialogue inter malien et ont exhorté les partenaires internationaux du Mali à intensifier leur appui au processus.

La réunion a été ouverte par le président par intérim, Dioncounda Traoré. Mobilisée, la communauté internationale continue de prendre à bras le corps la situation du Mali, pour aider ce dernier à sortir de cette crise. En effet, Le Groupe de soutien et de suivi sur la situation au Mali, mise en place par l’Union africaine, s’est une fois de plus réuni à Bamako.

La réunion a regroupé plusieurs personnalités dont des présidents d’institutions de la République, des ministres, des représentants de la Commission de la Cédéao et de ceux de l’UA, des responsables des Nations unies pour les opérations de maintien de la paix, notamment le Français Hervé Ladsous.

En conséquence, les participants ont encouragé les autorités maliennes et les autres partenaires pour les avancées constatées dans le processus électoral. Dans leurs conclusions, les participants à la dernière rencontre se sont entendu sur nombre de mesures visant à soutenir le processus de sortie de crise. La réunion a aussi constaté qu’au niveau sécuritaire, il y a eu des avancées notamment la stabilisation du pays et la consolidation de l’autorité de l’Etat sur la presque totalité du territoire national.

L’accord préliminaire signé le 18 juin entre le Gouvernement et les groupes armés qui se sont retranchés dans la ville de Kidal en prélude à l’élection présidentielle et au dialogue inclusif entre Maliens constitue également un pas décisif dans la bonne direction.

Pour ce qui concerne le processus politique, le commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union africaine, Ramtane Lamamra a réitéré le plein appui de l’institution panafricaine aux autorités de la Transition et les a exhortées à redoubler d’efforts en vue de la tenue dans les délais annoncés pour la tenue des élections.

L’Union africaine salue les efforts déployés par l’ensemble des partenaires en vue de mobiliser les ressources nécessaires au bon déroulement de ces élections. Elle déploiera des observateurs, en coordination avec la Cédéao, et apportera un soutien financier et technique au processus électoral.

Rokia DIABATE

04 Juillet 2013