Partager

Comprendre : L’Elysée.

Car c’est bien de cela qu’il s’agit. De cette quête du Graal qui agite depuis de nombreux mois déjà notre belle et joyeuse classe politique, au risque de la détourner de sa mission première : gouverner.

En tout, plus de trente candidats se sont déjà déclarés. Dans le camp des atypiques, Eric Taffoureau-Millet – (déjà) président de “Attention! Handicap”, créateur du label Valotte Records International et, s’il vous plaît, diplômé d’honneur du Téléthon ; Christian
Garino, “djihadiste” de l’Esperanto ; ou Roland Castro – ancien membre du Parti communiste français et président fondateur du Mouvement de l’Utopie Concrète (sic !) -, chantre de “la transformation du Sénat en forum philosophique” et de l’adoption d’un “Plan Gandhi à l’échelle du monde”.

A côté d’eux, quelques “people” tombés en désuétude, que même Tf1 ne semble pas souhaiter recycler dans l’une de ses émissions de Télé-Réalité. Dommage, l’idée de voir Yves-Marie Adeline, universitaire star des milieux royalistes et auteur d’une quinzaine de livres sur le sujet, reconverti en fermier, ou “l’humoriste” M’bala M’bala Dieudonné, cédant à des tentatrices sémites de L’île de Djerba, n’aurait pas été pour déplaire.

A défaut, il faudra se contenter de leurs programmes électoraux : la suppression de la loi Gayssot du 29 janvier 2001 reconnaissant le génocide arménien (forcément, comme diraient certains enseignants turcs, “ il faisait froid, très froid… ”) pour Dieudonné, et la restauration de la monarchie, pour Adeline, chose qui apportera, selon son mouvement Alliance Royale, “d’abord l’unité à notre France si fracturée, et une politique de continuité qui préservera à long terme les intérêts de notre pays, sa culture, son patrimoine, ses métiers, son environnement”.

Heureusement restent les grands partis, bien plus cohérents. Bien plus unis. Enfin presque. Car si à droite François Bayrou (UDF) et Nicolas Sarkozy (UMP) semblent maîtres à bord de leurs embarcations – quand bien même Chirac ferait encore planer le doute quant à une énième candidature de sa part, sans doute nostalgique qu’il est de ses 82% “benaliesques” acquis par défaut au second tour de 2002 -, il n’en va décidément pas de même du côté de la Rose.

Pas moins de six ténors plus ou moins déclarés sont (pour l’heure) “candidats à la candidature” socialiste, pour reprendre l’expression du moment. Laurent Fabius – libéral repenti au service de la lutte anti-mondialisation -, Dominique Strauss-Kahn – sans doute le seul à avoir des idées et à ne pas en changer -, Jack Lang – séducteur culturel notoire… mais ensuite ? -, Lionel Jospin – exilé volontaire sur l’Ile de Ré au lendemain d’un certain 21 avril 2002 -, François Hollande – pressenti comme future “Première Dame” de France à défaut de pouvoir en être vraisemblablement le premier homme -, et sa compagne, Ségolène Royal, championne des médias en dépit d’un projet politique encore (très) flou.

A peu de choses près, du pain béni pour les extrêmes, et plus particulièrement Jean-Marie Le Pen, qui a su faire de son silence une force, et Olivier Besancenot, chef de file de la Ligue communiste révolutionnaire, considéré par nombre de sympathisants de gauche comme seul relais authentique de leurs valeurs ! “Dans seulement huit mois, il n’en restera qu’un !”. “Un seul, seulement, entrera au 55e Faubourg Saint-Honoré”, entendrait-on sur certaines chaînes privées à une heure de grande audience.

De quoi presque faire de l’ombre à Tf1 et à sa Star Academy, dont le château fermera ses portes quelques semaines à peine avant cette échéance. Mais un temps suffisant pour observer, en quelques chroniques de “55e Faubourg Saint-Honoré”, cette France source de tant d’espérances à l’extérieur de ses frontières et de désarroi en son sein.

Correspondance particulière

Christophe Nonnenmacher

25 août 2006.






Droit de réponse de Mr Christian Garino à Mr Nonnenmacher

Chambéry le 5 septembre 2006

Monsieur,

Dans un article récent sur la Présidentielle française de 2007 http://www.afribone.com/article.php3?id_article=4299 vous évoquez en introduction les petits partis et faites sur mon nom, un commentaire ambigü pour le moins, celui de « djihadiste de l’esperanto ». Libre à vous d’ironiser du haut de vos colonnes mais vous manquez là de la déontologie la plus élémentaire compte tenu de la résonnance que peut prendre ce terme dans les esprits actuellement. Pour ma part, si je respecte l’idée que peut se faire un musulman du combat qui se livre en son âme et conscience, j’accepte beaucoup moins le sens du terme lorsqu’il véhicule l’idée d’un corps d’armée sans foi ni loi, qui plus est appointé comme auxiliaire d’une guerre qui elle, aurait tellement de honte à dire son nom. Au minimum vous auriez pu et devez à présent donner le site www.esperanto-liberte.com en signe d’argumentation tardive puisque vos lecteurs pourront alors juger par eux-mêmes. Il me semble également légitime que ce courrier soit publié en tant que droit de réponse si j’ose imaginer que votre désinvolture ressort plus de la forfanterie que d’une complicité consciente ou non avec un establishment qui récompense abondamment ceux qui lui sont serviles. Je suis prêt à relire vos analyses critiques si vous prennez la peine préalable d’étudier un minimum les sujets sur lesquels vous avez la prétention de porter un jugement pour fournir un avis à des lecteurs bien mal inspirés en autre cas. Désolé du ton âcre de ce courrier, en réponse à votre inconséquence, espérant qu’il vous laissera le courage de ne pas céder à la tentation du panier.

Christian Garino

ESPERANTO LIBERTE

BP87 73700 Bg-St-Maurice France

federlangue@yahoo.fr

ESPERANTO – LIBERTE

www.esperanto-liberte.com

Langue Fédérale Européenne

federlangue@yahoo.fr

Débat et info sur : eo-lib-subscribe@yahoogroupes.fr