Partager

Bamako, Place de l’Indépendance. Un monument y est érigé pour célébrer la dignité retrouvée en 1960 quand la France rendait à notre peuple son indépendance. A cette époque, les coeurs et les esprits étaient soudés, tous les fils du pays étaient animés d’un idéal commun, celui de bâtir une nation forte où il fait bon vivre dans un brassage culturel bien réussi. Il y a deux ans, en ce même lieu emblématique et à l’unisson, nous célébrions encore, avec faste, le cinquantenaire de notre accession à la souveraineté nationale et internationale acquise au prix de lourds sacrifices.

Mêmes les prévisions les plus pessimistes ne pouvaient présager un lendemain aussi sombre pour notre nation : le Septentrion occupé par des bandits armés et des mouvements salafistes qui y sèment terreur et humiliation.

C’est donc avec le cœur meurtri que le président de la République par intérim a déposé samedi une gerbe de fleurs au pied du monument de l’indépendance. C’est le premier acte du programme officiel de la commémoration du 52è anniversaire de l’indépendance de notre pays. Cette commémoration sera empreinte du sceau de la sobriété absolue. Ni les cœurs ni les esprits n’étaient aux jouissances. Après le dépôt de la gerbe de fleurs, Dioncounda Traoré passera en revue un détachement des troupes militaires et paramilitaires, en sa qualité de chef suprême des armées.

A son arrivée sur l’esplanade du monument de l’indépendance, Dioncounda Traoré a été accueilli par le ministre de l’Economie, des Finances et du Budget, Tiéna Coulibaly et son collègue de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, le Colonel Moussa Sinko Coulibaly.

C’était aussi en présence du gouverneur du District Souleymane Diabaté, le maire de Bamako Adama Sangaré et le maire de la Commune III Abdel Kader Sidibé. Il y avait aussi les autres membres du gouvernement, les présidents des institutions de la République, le corps diplomatique ainsi que les responsables des services militaires et paramilitaires.

Vers 08 h 45, le cortège présidentiel arriva à la place de l’indépendance. Un important dispositif de sécurité avait bloqué le périmètre du monument sur plusieurs centaines de mètres à la ronde. Le président de la République descend de sa voiture et s’immobilise quelques instants devant le piquet d’honneur. Face au drapeau national.

La fanfare nationale entonne aussitôt l’hymne national. Puis ce fut le dépôt de la gerbe de fleurs. A pas lents et cadencés, Pr Dioncounda Traoré avance vers la flamme de la souveraineté nationale installée au pied du monument. Et il dépose la gerbe de fleurs dans un silence de cathédrale.

Après ce geste hautement patriotique symbolisant la reconnaissance de la nation à l’endroit de ceux qui sont battus pour l’indépendance, Dioncounda Traoré a échangé une chaleureuse poignée de mains avec les invités d’honneur, les médaillés de l’indépendance au premier rang. Auparavant, le président Traoré a déclaré à la presse qu’il ressent beaucoup de fierté d’être Malien et un sentiment de reconnaissance pour les Anciens.

Même si notre pays vit l’une des périodes les plus sombres de son histoire, le président Traoré nourrit l’espoir de récupérer le nord avant le prochain anniversaire en 2013. “ Nous pouvons y arriver si nous voulons » a déclaré Dioncounda Traoré qui a donné rendez-vous à Kidal pour la commémoration du 53 ème anniversaire de l’indépendance le 22 septembre 2013.

Amadou Cissé

25 Septembre 2012

Essor