Partager

C’est cet après-midi 24 octobre 2008 que s’ouvre au Centre International de Conférences de Bamako, le 4ème congrès ordinaire de l’ADEMA-PASJ. Cette rencontre statutaire de trois jours a à son ordre du jour la relecture des statuts et règlement intérieur, l’adoption du projet de société du parti et la mise en place d’un nouveau comité exécutif.

Quels sont les enjeux liés à ce congrès ? Avant la mise en place du nouveau bureau, il y a des jeux à faire. Lesquels ?

L’Adema et 2012

Depuis la fin des élections générales de 2007, l’Alliance pour la Démocratie au Mali – Parti Africain pour la Solidarité et la Justice (ADEMA-PASJ) a affiché ses ambitions quant à la reconquête du pouvoir en 2012.

Donc les élections générales de 2012 constituent les enjeux majeurs du 4ème congrès ordinaire de ce parti qui a dirigé le Mali pendant 10 ans (1992-2002) puisque l’ADEMA, avec 46 députés, 3 336 conseillers communaux, 4 ministres au gouvernement Modibo Sidibé est le plus grand parti politique au Mali.

Sa position dominante actuelle

En plus de ceux-ci, le parti de l’Abeille solitaire, emblème de l’ADEMA occupe la présidence de l’Assemblée nationale et du Haut Conseil des Collectivités. Le parti a beaucoup de cadres PDG, DG, Directeurs nationaux dans les hautes sphères de l’Etat ainsi que dans le monde des affaires. Avoir le pouvoir en 2012 ne fera que renforcer la domination de l’ADEMA sur les autres.

Le futur président du PASJ a de fortes chances d’être le candidat du parti aux élections présidentielles de 2012. Tout le peuple de l’ADEMA soudé derrière un candidat a de fortes chances d’être au moins au second tour à défaut d’être élu président de la République.

D’où l’un des enjeux de ces assises. Depuis l’expérience malheureuse des primaires, puis de la convention de 2002, l’ADEMA a banni de ses textes toutes compétitions pour désigner le candidat du parti à l’élection présidentielle. Puisque le parti présentera son candidat en 2012. il y a fort à parier que le président du parti soit ce candidat.

Les jeux

Du dernier congrès de l’ADEMA à aujourd’hui, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. De gros calibres comme le maire du District, M. Adama Sangaré, Makan Moussa Sissoko, Aliou Tall, Econome de l’ENSUP, Me Abdoulaye Garba Tapo, Mme Diabaté Fatoumata Guindo, ministre porte-parole du gouvernement, Me Drissa Traoré, entre autres ont adhéré au PASJ.

Ces nouveaux arrivants qui ne sont pas pour l’instant membres du Comité Exécutif (CE) sont dans le besoin d’être casés. Au même moment, les membres sortant du CE attendent d’être confirmés. Pour pouvoir s’adapter à cette évolution, il a été décidé d’élargir du CE qui passera de 55 membres à 65 membres.

Toujours au sein du CE de 6 vice-présidents, il y aura désormais 10 vice-présidents. Les postes de 1er vice-président et du secrétariat politique sont bien en jeu. Le 1er poste, c’est-à-dire la 1ère vice-présidence est pour le moment vacant du fait de la suspension de Soumeylou Boubèye Maïga. Nous apprenons au dernier moment qu’il est toujours sous le coup de la suspension. Il n’a pas participé aux dernières réunions du CE sortant autour des préparatifs du congrès.


Les délégués de la section III

La section III du District de Bamako dans laquelle il milite ne l’a pas non plus retenu parmi ses cinq délégués au congrès. Nous rappelons au passage que les cinq délégués de la section III sont : Adama Sangaré, maire du District, Mme Djiré Mariam Diallo, présidente du mouvement des femmes ADEMA de la Commune III, Aliou Tall (ex-indépendant Farako pour rallier l’ADEMA), Broulaye Sangaré et Kalifa Sissoko, Directeur Régional des Domaines du District. Il faut souligner que tous les membres du CE sortant sont délégués d’office au congrès.

Qui remplacera Seydou Traore ?

Du fait de son élection comme président de la CENI, le secrétaire politique de l’ADEMA, l’ancien ministre Seydou Traoré va quitter le CE au terme du 4ème congrès. Comme on le dit qui part à la chasse perd sa place. Pour donner plus de crédibilité à la CENI son président quittera l’ADEMA momentanément. A sa succession, Moustapha Dicko de Douentza, l’ancien ministre Ousmane Sy ou encore le ministre de l’Agriculture Tiémoko Sangaré sont pressentis.

Au moment où nous mettions ce papier sous presse, la conférence régionale de l’ADEMA au niveau du District se tenait. Cette rencontre doit entériner le choix des délégués des sections devant participer au congrès ainsi que la répartition des quotas aux six sections pour le CE.


Daba Balla KEITA

24 Octobre 2008