Partager

Les rideaux sont tombés sur la 4ème conférence internationale sur la grippe aviaire qui s’est tenue dans notre pays, les 6, 7 et 8 décembre derniers.

Concernant la mobilisation de nouveaux fonds pour empêcher la propagation de la grippe aviaire dans le monde, on peut dire que la conférence de Bamako a été à hauteur de souhait. En effet, Bamako, a mobilisé plus de 475 millions de dollars, soit plus de 238 milliards Fcfa !

Durant les travaux de la conférence des bailleurs de fonds, présidée par la commission de l’Union africaine et la Banque mondiale, participants en provenance de 72 Etats, ont dressé le bilan un an après Pékin, recensé les nouveaux besoins et surtout mobilisé de nouveaux fonds contre la grippe aviaire et le risque de pandémie de la maladie, faisant de la conférence de Bamako, un véritable succès.

Les États-Unis avec 100 millions de dollars, environ 50 milliards Fcfa, le Canada 92,5 millions de dollars, soit plus de 46 milliards Fcfa, l’Union européenne 88,2 millions de dollars, soit plus de 44 milliards et le Japon 67 millions de dollars soit environ 33,5 milliards Fcfa, sont les plus gros donateurs.

128 millions de dollars soit environ 64 milliards Fcfa, représente la contribution des autres donateurs.

Fonds mobilisés durant la conférence de Bamako viennent s’ajouter aux 1874 millions de dollars, soit environ 937 milliards Fcfa, annoncés par les donateurs à la conférence de Beijing.

La plus grande partie du don des États-Unis sera affectée à l’Afrique.

L’Union européenne affecte également 35 millions de dollars au continent africain.

De même, les 3 millions de dollars offerts par la Norvège et les 2,3 millions d’euros de la Finlande sont entièrement destinées à l’Afrique.

Le Canada, va consacrer son don au financement des activités de recherche, de coordination, de surveillance, de communication et de renforcement des capacités.

Pour leurs engagements pris à Bamako afin de stopper l’épizootie de la grippe aviaire à travers le monde, les donateurs ont été tour à tour, salués par le ministre malien de l’Élevage et de la Pêche, Oumar Ibrahim Touré, le coordinateur du système des Nations Unies pour la grippe aviaire, le Dr. David Nabarro et la commissaire de l’Union africaine, le Dr. Bience Gawanas.

Programme de prévention et de lutte contre l’influenza aviaire à moyen et long termes que le Mali a élaboré sur une durée de dix ans, a été présenté par le ministre de l’élevage et de la pêche.

D’un coût de plus de 18 milliards de Fcfa, ce programme a comme principaux objectifs de renforcer les capacités de prévention de la grippe aviaire et surtout d’appuyer le développement de la filière avicole auquel les plus hautes autorités attachent une importance particulière.

Les travaux de la conférence des donateurs ont été sanctionnés par la Déclaration de Bamako.
Une conférence de presse a mis fin à la 4ème conférence internationale sur la grippe aviaire de Bamako.

Dans la Déclaration de Bamako, tous les acteurs : États, bailleurs de fonds, services techniques, société civile ; sont invités à intensifier la lutte.

Dans la déclaration, il est mentionné qu’une attention urgente doit être portée à la menace de la grippe aviaire et humaine en Afrique qui fait déjà face à d’autres épidémies comme le Sida, le paludisme et la tuberculose.

Le coordinateur du système des Nations Unies pour la grippe aviaire a estimé que si les contributions atteignaient le milliard de dollars à Bamako, ce serait encore mieux pour faire face aujourd’hui au péril.

La 5ème conférence internationale sur la grippe aviaire se tiendra en 2007, à New Delhi, en Inde.

11 décembre 2006.