Partager

Le sochalien a passé sa meilleure saison en Ligue 1 en France et entend mettre cette embellie au service des Aigles ce dimanche face au Zimbabwe. Dans cet entretien, il parle de ses ambitions avec la sélection.

A peine la Ligue 1 terminée, vous retrouvez la sélection. Pas de répit et beaucoup de pression ?

C’est ce dont tout joueur rêve : jouer avec son club et son pays. On joue pour ça. On progresse pour affronter toutes les compétitions. Après on sait que c’est un match important qui nous attend. Pour les clubs, c’est fini. On ne pense qu’aux équipes nationales maintenant.

jpg_modibo-16.jpgVous êtes depuis ce mardi 31 mai en stage en Afrique du sud avec la sélection. C’était une étape indispensable pour aller à Harare ?
C’est le choix du staff. Personnellement je pense c’est une bonne chose de venir ici directement et après aller jouer au Zimbabwe. Après le match on évaluera. Mais pour moi c’est un bon choix.

Tu as été explosif cette saison avec Sochaux avec quinze buts en championnat. Les supporters des Aigles veulent la même chose en sélection et ne comprennent pas que tu ne sois pas aussi prolifique
Je les comprends. Nous, ça nous fais énormément plaisir de jouer pour eux. C’est le football. Voyez, souvent quand on joue à domicile, le jeu n’est pas très ouvert.

L’équipe adverse vient pour fermer le jeu et ce n’est pas simple pour nous. Nous faisons tout pour arriver chaque fois à un bon résultat. Modibo à Sochaux ou avec le Mali, c’est le même joueur. Je ne pense pas différemment. Peut être aussi que ce sont ces moments difficiles qu’on voit chez tout joueur. Sinon j’aime donner tout ce que j’ai au Mali.

Cela peut-il s’expliquer par la différence de réalités selon qu’on est en sélection ou en club ?

Cela peut jouer aussi. C’est clair. Mais pour mon cas je ne peux pas dire ça. Je joue actuellement en sélection avec des joueurs de ma génération. Je pense juste que c’est une affaire de période, rien d’autre. J’espère pourvoir faire plaisir cette fois au public malien.

Pour ce match contre le Zimbabwe, qu’est ce que vos vous dites entre vous, dans le groupe « Aigles » ?
On a besoin de beaucoup plus de solidarité. Beaucoup de motivation. On se motive entre nous. Plus de détermination et moi je pense que ça se jouera là. On a de l’envie, de faire quelque chose. Inchallah, j’espère que ça se passera bien.

Et cette belle saison avec Sochaux ?

C’était une saison pleine. Y’avait une bonne ambiance dans le groupe. Avec la jeunesse, c’était du régal ! Avec tout ça, on a de la chance. Et c’est ce qui nous est arrivé à Sochaux cette saison. On espère que ça va être le cas pour le reste des éliminatoires avec le Mali. Ya déjà une bonne ambiance !

Par Alassane Souleymane (FEMAFOOT communication) à Johanesbourg

01 Juin 2011.