Partager

watra.jpg


Mardi, à l’hôtel Salam, la cérémonie d’ouverture de la 4è édition de l’assemblée générale ordinaire de l’Assemblée des régulateurs de télécommunications de l’Afrique de l’ouest (ARTAO) a eu lieu sous le présidence du ministre de la Communication et des Nouvelles Technologies, Gaoussou Drabo.

Etaient également présents, le président de l’ARTAO, le Sénégalais Abdoulaye Sakho, le directeur général du Comité de régulation et des télécommunications (CRT) du Mali, Modibo Camara, et nombreux participants en provenance des 14 pays membres de l’organisation.

Ordre du jour : Nomination d’un nouveau secrétaire général, l’adoption de procédures administratives et financières et l’adoption du budget de l’exercice 2007.

Rappel a été fait par le président de l’Artao Abdoulaye Sakho que l’organisation a été créée en novembre 2002 à Ouagadougou sous l’impulsion de la CEDEAO.

Contribuer à l’intégration des économies et des marchés dans l’espace CEDEAO et au développement du secteur des télécommunications et des TIC, reste le principal objectif de l’Artao.

Abdoulaye Sakho a estimé que l’assemblée, avec ses 14 structures membres, a atteint la maturité pour répondre à toutes les attentes et aspirations de ses membres.

C’est ainsi qu’en janvier dernier à Ouagadougou, les chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO ont adopté les décisions relatives à l’harmonisation des politiques et cadres réglementaires des télécommunications dans l’espace CEDEAO/UEMOA.

En effet, il s’agit essentiellement, de formaliser le lien institutionnel entre l’ARTAO et la CEDEAO, et de passer à la phase suivante du projet d’harmonisation des politiques et cadres réglementaires, c’est-à-dire la transposition de toutes les décisions dans les textes de l’organisation et leur mise en application, a expliqué le président Sakho.

Efforts consentis pour améliorer les méthodes de travail et la transparence des règles de gestion financière et comptable, ont été évoqués par le président de l’Artao : en application des décisions du comité exécutif, un cabinet d’expertise comptable a été recruté. Ce cabinet avait comme tâches, d’effectuer une description générale de l’ARTAO, de formaliser la gestion budgétaire, comptable et analytique, d’élaborer un manuel de procédures comptables, administratives et financières mais surtout de former et d’accompagner le personnel dans l’application du manuel de procédures.

Appel a été lancé par Abdoulaye Sakho à l’endroit des participants, à réfléchir et à faire des propositions pour le projet de création de l’association des régulateurs africains de télécommunications.

Quant au directeur général du CRT, Modibo Camara, lui, a émis le souhait qu’à l’issue des travaux, chaque participant reparte chez lui, avec la conviction d’avoir contribué au renforcement de l’ARTAO pour un développement harmonieux des télécommunications en Afrique de l’ouest.

Dans son discours, le ministre de la Communication et des Nouvelles Technologies tout en insistant sur l’importance du secteur des télécommunications a rappelé la très haute priorité que nos États accordent aux technologies de l’information et de la communication (TIC) comme vecteur de développement.

La création d’un ministère de la Communication et des Nouvelles Technologies dans notre pays, reflète la volonté politique de promouvoir fortement un secteur hautement stratégique, a estimé le ministre Drabo.
L’ARTAO, conformément à ses objectifs statutaires, continuera à oeuvrer pour la généralisation des meilleures pratiques dans l’espace ouest-africain des TIC, à demeurer une véritable force de propositions pour le développement des infrastructures et des services de communication électronique, a jugé le ministre Drabo.

Les travaux prennent fin aujourd’hui.

28 février 2007.