Partager

Malgré la crise, la Banque de développement du Mali affiche l’excellence. En effet, en neuf mois d’exercice, elle a engrangé au 31 décembre 2012 un résultat net d’exploitation de plus de 10 milliards de Fcfa contre 8 milliards, pour l’exercice 2011.

C’est en tout cas, le résultat des travaux de la 46ème session du Conseil d’administration de la Bdm, qui se sont déroulés, le samedi 1er juin 2013, au siège de la Banque, sous la présidence de son Pdg, Abdoulaye Daffé.
Après examen de la situation de la banque, les administrateurs ont analysé le bilan de l’établissement pour dégager les perspectives et les ambitions de la BDM pour le prochain exercice. Etaient également présents à ce 45ème Conseil d’administration, les délégués de la Bmce-Bank du Maroc, Driss Benjelloun et Mohamed Agoumi.

A l’ouverture des travaux, le Pdg de la BDM, Abdoulaye Daffé, a souligné que la crise de 2012 n’a épargné aucun secteur dans notre pays. C’est pourquoi le patron de la Bdm a expliqué que 2012 a été une année des grandes épreuves dont l’équipe dirigeante de la banque et ses personnels se souviendront pour mieux faire et mieux servir l’établissement pendant les moments difficiles. Avant d’exprimer sa reconnaissance aux clients et autres partenaires qui ont renouvelé leur confiance en la BDM. Il a également salué les propriétaires de la banque, à savoir Etat malien, Bmce-banque, Bceao, Boad, Ccim et divers privés maliens qui ont le plus apporté leur soutien à l’établissement.

Abdoulaye Daffé a félicité les hommes et les femmes de la Bdm pour le résultat positif obtenu par la Banque dans ce contexte difficile. Pour lui, ce résultat traduit l’engagement des agents de la Bdm à relever les défis, avec la ferme conviction qu’il n’y a ni progrès, ni évolution sans défis à relever.
L’administrateur, au nom de la Bmce-Bank, Mohamed Agouni, a remercié le management de la Banque avant d’affirmer que son pays, le Maroc, sera toujours aux côtés du Mali et de la Bdm-sa en ces moments difficiles.

Avec un résultat net d’exploitation bénéficiaire de 10 milliards 304 millions de F Cfa, la banque est en conformité avec la règlementation prudentielle. C’est pourquoi la qualité du portefeuille est préservée étant donné que le taux de dégradation affiché est de 2,7% pour une moyenne nationale de 8,6% et 6,4 % pour l’espace Uemoa.

Nouhoum DICKO

03 Juin 2013