Partager

Les 45èmes Assises annuelles de la Banque Africaine de Développement (BAD) viennent de prendre fin dans la capitale économique de la Côte d’Ivoire. Sur la Cinquantaine de Chefs d’Etats invités seuls trois ont répondu à l’appel des autorités du Pays. Il s’agit d’Amadou Toumani Touré du Mali, de Faure Gnassingbé du Togo et de Yayi Boni du Bénin. Le Chef de l’État Malien, par ailleurs, Président en exercice de l’UEMOA, est arrivé le Mercredi 26 Mai au soir, à Abidjan, où il y a passé la nuit. Juste après la cérémonie officielle d’ouverture de cette importante rencontre au sommet, Amadou Toumani Touré et les deux autres Chefs d’Etat ont respectivement regagné leurs pays.

En effet, invité par son homologue Ivoirien Laurent Gbagbo, pour prendre part, du 27 au 28 Mai 2010, à l’assemblée annuelle de la BAD à Abidjan, le Président Malien Amadou Toumani Touré a été accueilli à son arrivée par le Premier Ministre Soro Guillaume et une foule de nos compatriotes venus nombreux pour l’occasion.

Le lendemain, la cérémonie d’ouverture a eu lieu dans le cadre enchanteur de l’hôtel Ivoire rénové, devant une grande foule et deux autres chefs d’États, ceux du Togo et du Bénin, arrivés ensemble à Abidjan à 10 heures. Ils avaient à leurs côtés, leur hôte Laurent Gbagbo, qui n’a ménagé aucun effort pour rendre agréable le séjour des administrateurs de la BAD en Côte d’Ivoire, histoire d’obtenir le retour de la Banque à « domicile », c’est-à-dire à Abidjan.

Le triplement du capital du Groupe de la Banque africaine de développement, la réélection du président sortant, Donald Kaberuka, l’augmentation des sièges du conseil d’administration de 18 à 20, et l’annonce des prochaines Assemblées annuelles à Lisbonne en 2011, constituent les points saillants des 45èmes Assemblées annuelles de la Bad qui se sont tenues, du 27 au 28 mai dernier, à l’hôtel Ivoire. De fait, les assises ont pris fin après deux jours d`intenses délibérations et des décisions historiques.

Entre autres, l’approbation d`une sixième augmentation générale du capital de 200% (de 30 à 100 milliards de dollars) pour la plus grande institution de financement du développement de l`Afrique.

Les gouverneurs représentant 53 pays africains et 24 actionnaires non-africains ont également réélu le président du Groupe de la Banque, Donald Kaberuka, pour un second mandat de cinq ans, et augmenté, de 18 à 20, le nombre des sièges au Conseil d’administration, pour faire entrer l’Afrique du sud. Ils ont également approuvé le Rapport annuel 2009 de la Banque, ses états financiers vérifiés et son programme de travail 2010.

Dans son intervention, lors de la cérémonie d’ouverture, le Président malien a remercié le Groupe de la BAD pour son soutien inlassable au développement des infrastructures économiques du continent. Il a cité l’exemple de son pays en disant qu’il a du mal à reconnaître le nouveau visage de son pays, tellement l’aide de la BAD au Mali a été bénéfique.

« Je salue tous les efforts que la Banque Africaine de Développement a consentis pour mon pays depuis plus d’une décennie. J’ai du mal à reconnaître mon pays, tellement il a changé par le développement de ses infrastructures économiques. Ceci grâce à l’aide de notre institution », a-t-il dit.

Dans une intervention très riche, le Président ATT a réitéré toute sa confiance à l’institution financière, tout en encourageant le Président Kaberuka et tous les gouverneurs de la BAD à persévérer pour qu’elle reste une référence dans le monde de la finance mondiale.

Le Président Laurent Gbagbo a solennellement annoncé que la Côte d’Ivoire ne faillirait pas à ses obligations. Pour l’élargissement du conseil d’administration, il a salué l’adhésion de l’Afrique du sud, «un pays qui représente l’Afrique dans bien de cadres internationaux. C’est une décision que nous avons prise en toute responsabilité».

A l’endroit du président Kaberuka, il a salué les performances réalisées par la Banque au cours de son mandat. A la cérémonie d’ouverture, le président du Groupe de la Bad relevait ces performances. «Nous avons joué notre rôle.

Nous avons plus que doublé le volume de nos opérations en 2009. A la fin de l’année 2009, notre encours s’élevait à 12,6 milliards de dollars, contre 5,5 milliards l’année précédente. Nous avons fourni en début de période, des appuis budgétaires supplémentaires, financé le commerce et mis à disposition de la liquidité.

Notre guichet du secteur privé a comblé l’écart laissé par les promoteurs des principaux projets d’infrastructure. En apportant cet appui, nous avons fait montre de flexibilité, d’innovation et d’anticipation.

Nous avons réduit considérablement notre temps de réaction. Le guichet FAD, à lui seul, a augmenté ses décaissements de 53 % en 2009. Si la Banque a su réagir promptement, c’est grâce à son efficacité croissante.

Une efficacité croissante sous-tendue par les différents changements opérés pendant la décennie en cours et en particulier durant les trois dernières années. Une efficacité résultant de la décentralisation de l’écoute des clients, du recentrage marqué sur nos priorités, fondée sur notre situation financière solide, et traduisant notre avantage comparatif croissant», avait-il dit.

Dans son discours de clôture, le président réélu, Daniel Kaberuka, a une fois de plus remercié le peuple ivoirien tout entier et la ville d’Abidjan, pour l’excellente préparation et la chaleureuse hospitalité.

Comme à la cérémonie d’ouverture, il a reconnu l’ampleur des efforts que la nation ivoirienne a déployés pour organiser cette rencontre. Il a réitéré son ardent souhait de voir la Côte d’Ivoire trouver une solution durable à la crise qui hypothèque le retour définitif de la Banque à son siège d’Abidjan.

Concernant le retour de la Banque à son siège statutaire, les gouverneurs ont réaffirmé que le siège de la Banque reste à Abidjan, mais ont noté que la situation dans le pays n`était pas encore propice à un retour immédiat de l`institution à son siège, et a donc étendu la période de relocalisation temporaire à Tunis pour 12 mois supplémentaires à partir du 3 juin 2010.

La situation sera réexaminée et une décision prise lors des Assemblées annuelles de 2011 sur la base des recommandations du Comité consultatif des gouverneurs.

Puis, il a remercié le conseil des gouverneurs pour avoir approuvé la sixième augmentation générale du capital de la Banque, qui triple les ressources de l`institution à quelques 100 milliards, et pour l`avoir réélu pour un second mandat de cinq ans. Il s’est engagé à faire plus d’efforts pour mériter la confiance renouvelée que les gouverneurs ont placée en lui.

C’est à 15h 00 que le Président ATT ses deux homologues du Togo et du Bénin ont pris directement la route de l’aéroport. Le Président malien a une fois de plus été salué par le nouveau bureau du Conseil des Maliens de Côte d’Ivoire, juste avant de prendre son vol retour.

De Gildas, correspondant du Républicain à Abidjan.

31 Mai 2010.