Partager

Estimé à vingt sept milliards six cent soixante treize millions cinq cent mille francs CFA, cette somme servira à achever le processus de réforme entamé par la caisse mais aussi la prise en charge des régimes des accidents de travail, des maladies professionnelles et de la capitalisation.

Dans son discours d’ouverture, Djibril Tangara présidant les travaux, a rappelé aux participants que le rapport final de l’étude qui vient d’être déposé est constitué de recommandations pertinentes qui sont sorties de l’atelier de restitution organisé à Sikasso les 13 et 14 octobre derniers.

Selon lui, la mise en œuvre prochaine des conclusions contenues dans ce rapport constituera une étape décisive du processus de réforme entamé par la caisse des retraites du Mali.

Ainsi, a-t-il souligné, la réussite des réformes de la caisse des retraites du Mali est une œuvre collégiale dans laquelle tous les travailleurs sont impliqués.

Soulignons que la Caisse va déménager dans son nouveau siège qui sera inauguré bientôt.

Le ministre a profité de cette occasion pour exprimer son voeu de voir les acquis consolidés et la poursuite et l’achèvement des actions déjà entamées.

L’inauguration prochaine des nouveaux locaux de la direction générale de la caisse des retraites du Mali marquera un pas important dans la volonté du gouvernement de constituer un patrimoine propre pour ce service, a affirmé Djibril Tangara.

Il a ajouté que cette volonté est exprimée non seulement dans le souci de rapprocher la caisse de ses usagers mais également d’offrir un cadre confortable à l’accueil de nos aînés.

A la sortie de ce conseil, quatre recommandations ont été faites. Le Conseil d’administration a salué la direction de la caisse des retraites du Mali pour les actions entreprises dans le cadre de l’accueil des retraités.

Le conseil d’administration recommande la poursuite des dites actions. Il recommande que la réflexion sur les ressources nouvelles attende l’aboutissement des négociations avec les partenaires sociaux sur les différentes réformes envisagées dans le cadre des études actuelles.

Il recommande de requérir l’avis du ministère de la défense en ce qui concerne la situation des policiers sous statut civil mais aussi qu’une colonne relative aux réalisations de l’année en cours soit intégrée dans le projet de budget.

Soulignons que ce budget 2006 est en légère hausse par rapport à celui de 2005. Soit une augmentation de 2%.
Concernant la cotisation au budget, soulignons que les recettes prévisionnelles sont fixées à partir de la masse salariale prévue dans le budget d’Etat.

Cette masse salariale n’est qu’indicative car elle comprend le salaire du personnel conventionnaire de la fonction publique affilié à l’INPS et les indemnités non soumises à cotisation.

Le montant des cotisations est estimé à plus de neuf milliards cent millions en 2006 contre neuf milliards six cent six millions cent quatre-vingt mille FCFA en 2005 d’où une baisse de 5,5%.

Cette diminution des prévisions s’explique par le départ massif des fonctionnaires à la retraite. Le montant prévu en 2006 reflète le montant réel des cotisations.

Abdoul Karim KONE

29 novembre 2005.