Partager

Au moins quatre femmes ainsi qu’une fillette et un bébé ont été tués samedi par une milice dans un champ de la province du Nord-Kivu, dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC), a-t-on appris auprès de membres de la société civile locale.Ces femmes d’ethnie hunde travaillaient dans un champ, près du village de Shoa, à six kilomètres de la ville de Masisi, quand elles ont été surprises par une milice appelée Nyatura. Trois autres femmes qui appartenaient à ce groupe de cultivatrices sont portées disparues, a relaté la même source. La milice Nyatura, composée de personnes d’ethnie Hutu, n’aurait pas agi seule, selon ce texte. Certains évoquent une alliance avec la milice hutu rwandaise des FDLR dont certains membres sont recherchés par Kigali pour participation au génocide de 1994. D’autres évoquent une alliance contre nature avec le M23, ce groupe rebelle tutsi qui contrôle une partie du Nord-Kivu depuis plusieurs mois. Selon le communiqué de la société civile, ces meurtres relèvent de « la stratégie d’épuration ethnique » et constitue un « message éloquent des agresseurs et leurs alliés, cherchant par tous les moyens à détourner l’attention du monde, en créant de nouveaux conflits à caractère identitaires ». « Cela n’a d’autre objectif que de rendre ainsi le Nord-Kivu ingouvernable », selon ce texte.AFP.