Partager

C’est ce jeudi que démarre à Ségou la 3ème édition du festival sur le Niger. En prélude à cet évènement, les organisateurs étaient face à la presse le mercredi dernier pour faire le point des préparatifs.

Le principal conférencier, Mamou Daffé, directeur du festival, était assisté par Madany Niang, directeur régional de l’OMATHO de Ségou et du Dr Mamadou Fanta Simaga, parrain du festival et président des ressortissants de Ségou à Bamako. Il s’agissait pour Mamou Daffé de faire l’état des lieux à une semaine de l’ouverture du festival.

Il ressort des explications de Daffé que tout est fin prêt pour la bonne tenue de cette édition. Selon lui, le festival prévu du 1er au 4 Février entend participer à la sauvegarde des expressions culturelles de la cité des Balanzans à travers cinq composantes avec des innovations. Il s’agit du forum sur le thème «Jeunes et emploi», des manifestations traditionnelles «Ségou capitale du bogolan», la foire artisanale et agricole, les concerts sur le fleuve «Du kora de manding au n’goni bambara» et enfin les expositions d’objets d’art

Les causes et les conséquences du manque d’emploi décent seront débattues et des solutions possibles proposées. Aussi les organisateurs ont-ils fait appel à d’éminentes personnalités pour discuter de cette épineuse question. Parmi lesquelles, Dr Bassary Touré (ex ministre du Mali), notre compatriote Dramane Haïdara du BIT (Bureau international du travail) à Dakar, Me Mamadou Ismaêl Konaté (avocat à la Cour)…

Au programme des manifestations traditionnelles, il est prévu, des courses de pirogues, du théâtre, des danses, des contes et légendes du Mali, des prestations de chasseurs et des grandes personnalités du Burkina Faso. Le clou sera certainement la prestation de la région de Sikasso à travers les masques de Boura et de Maou.

Environ une vingtaine d’artistes du Mali et d’ailleurs vont tenir en haleine les festivaliers durant les quatre jours. Le budget est estimé à 176 millions F CFA.

Le directeur régional de l’OMATHO de Ségou et le parrain ont tous salué l’initiative de Mamou Daffé avant d’insister sur l’apport du festival dans le développement de la cité des Balanzans. Le Dr Mamadou Fanta Simaga a souhaité que chaque jeune du Mali puisse suivre les traces de Daffé.

BT

29 janvier 2007.