Partager

À l’issue d’investigations menées par le 3ème arrondissement : Les assassins du policier Boubacar Camara désormais sous les verrous

Les faits remontent au 7 août dans aux environs de 14h 00 à Quinzambougou, un quartier populaire de la commune II, lorsqu’une boutique a été attaquée par plusieurs bandits à main armée. Appelé à la rescousse, le sergent-chef de police, Boubacar Camara élément du CCR, a été froidement abattu par les bandits. Qui n’ont pas hésité à le tirer deux fois, au niveau de la jambe et à l’abdomen.

Aux dires du commissaire de police du 3ème arrondissement, les bandits avaient dévalisé une boutique en plein jour.

Le jeune sergent-chef Boubacar Camara, connu dans cette zone et qui se trouvait de passage au moment du braquage, a été appelé par les populations du quartier. Boubacar Camara s’est rendu sur place pour tenter de faire échec à l’opération des bandits. Ces derniers ayant constaté la présence de l’agent de la sécurité, ont paniqué et ne savaient plus quoi faire. Dans la confusion, l’un d’entre eux a tiré à bout portant sur le sergent-chef de la police à l’aide d’un pistolet. Il le tira par deux fois avant de prendre la fuite.

Malgré l’intervention des personnes présentes, l’agent de police n’a pas pu être évacué à temps. Il succomba avant l’arrivée des premiers secouristes.
Aussi, la police du 3ème arrondissement s’est lancée aux trousses des meurtriers. Elle a pu mettre la main sur trois malfrats qui font partie de la bande à Héli Dicko, un jeune bandit, récidiviste très bien connu dans les milieux de la justice.

Toutefois, cette affaire est sur le point de prendre d’autres tournures. De source proche du milieu, certains parmi les malfrats appréhendés ont été élargis par le procureur de la commune II, il y a de cela quelques jours. Ainsi, l’arrestation d’Adji Sangaré a précipité les choses.

Les vrais auteurs du crime ont été dénoncés. C’est par la suite et après investigations que la police du 3ème arrondissement sera informée que celui a qui tiré à bout portant sur le sergent-chef se trouvait à l’hôpital du Mali sis à Missabougou du nom de Seydou Ouologuem.

Après son forfait, il a été atteint de balles. Il s’était rendu à l’hôpital Gabriel Touré mais il n’a pas pu se faire soigner. C’est après qu’il s’est rendu à l’hôpital du Mali pour avoir des soins.

Les commissariats des 13ème et 3ème arrondissements et le GMS se sont rendus sur les lieux pour cueillir le criminel dans les locaux de sa chambre d’hôpital. La voiture Renault de la bande a été récupérée par le 3ème arrondissement.

Le corps du sergent-chef Camara repose désormais au cimetière de Niaréla depuis le 8 juillet 2012. Les biens et matériels lui appartenant font déjà l’objet de conflits entre ses proches et ses parents.

Cléophas TYENOU

10 Août 2012