Partager

AD file le parfait amour avec Ahmed depuis trois ans. Grand, beau, de teint claire, Ahmed a tout pour plaire aux adolescentes. Cependant, bel homme qu’il soit, il est pauvre comme un rat d’église et ne possède que son beau sourire, qui, malheureusement, ne peut ni payer de IPhone, encore moins les restaurants.


AD aime pourtant à la folie son Ahmed. Et AD aime le luxe que ni son Ahmed si son père ne peuvent lui offrir. Elle a récemment fait la connaissance d’un homme beaucoup plus âgé et fortuné. « Puisque les fêtes de fin d’année s’approchaient, il était l’appât parfait pour avoir tout ce que je désirais » confesse AD.


Son plan était à la fois simple et diabolique : soutirer 300 000 CFA à son « Suggar Daddy » pour filer en douce aux bras de son bien aimé Ahmed le jour de la fête.


« Avoir de l’argent de mon Suggar Daddy était facile. Il m’a juste fait jurer de ne pas le plaquer le soir du réveillon, de m’engager à sortir avec lui. J’ai tout accepté, le temps qu’il me remette les 300 000 F CFA.


« Dès que j’ai mis la main sur l’argent, j’ai changé de puce. J’ai filé dans la première boutique à la mode pour payer des habits de sortie à mon Ahmed et à moi. J’avais également réservé deux places VIP pour un concert le soir de la saint-Sylvestre. La boutique était bondée et j’étais heureuse : j’avais de quoi sur moi et je voyais déjà la joie de mon Ahmed ».


Cependant, AD va vite descendre de son nuage, et de la façon la plus brutale qui soit : « au moment de payer, je vois à la caisse Ahmed aux bras d’une autre fille, qui a les bras chargés de courses, et mon Ahmed qui n’a jamais un sou troué, en train de payer. Pire, il fera semblant soit de ne pas me voir, soit de ne pas me connaître ».


Ni un, ni deux, AD retourna sur ses pas dans les rayons. « Je me suis chargé de cadeaux pour Suggar Daddy. Je l’ai appelé pour lui dire que mon téléphone était en panne. Quand je lui ai amené tout ce que j’avais payé pour lui, il a eu des larmes aux yeux. Il m’a payé un joli téléphone, et je vais sortir avec lui le soir du réveillon ».


Soumba Diabaté

@Afribone