Partager

Accusés d’avoir volé la somme de 200 millions de FCFA, dans la boutique Samsung Electronic chez Doucouré et frères, Boubacar Touré dit Bassidiki, Seydou Diop et Namory Kéïta ont été condamnés à huit ans de réclusion criminelle. Tandis que Mamadou Coulibaly dit Tienfing a écopé de six ans de prison et que Tidiani Maïga dit Tidio, a été jugé non coupable. Tous les deux étaient accusés de complicité. Les condamnés ont été, en outre, sommés de rembourser à la partie civile le montant détourné et de lui payer la somme de 50 millions en guise de dommages et intérêts.

C’était lors de l’audience des assises, de Bamako du vendredi 7 mars 2008. Cette audience était présidée par Salikou Diarra avec, sur le banc du ministère public, le Procureur de la Commune VI, Adama Fomba.

De l’information, il ressort que dans la nuit du 24 au 25 janvier 2002, la boutique Samsung Electronic sise au centre commercial et appartenant aux frères Doucouré a été cambriolée par un groupe d’individus, qui y ont enlevé un coffre-fort. Ils le transportèrent dans un chariot trouvé devant la boutique jusqu’à leur voiture, une Renault 11.

Ensuite, ils se dirigèrent sur le pont de Sotuba, où ils ont ouvert le coffre à l’aide d’un burin et d’un marteau. Après l’ouverture du coffre, l’argent a été divisé en cinq tas, dont un pour chacun. Qu’à la fin de l’opération, ils mirent les documents dans le coffre et le jeta dans le fleuve pour faire disparaître toute trace.

Constatant le vol, la partie civile près avoir portée plainte, il demanda à un groupe de jeunes de mener parallèlement des investigations pour retrouver les auteurs. C’est ainsi que Boubacar Touré dit Bassidiki, Seydou Diop, Namory Kéïta, Mamadou Coulibaly dit Tienfing et Tidiani Maïga, ont été désignés par lesdits jeunes comme étant les auteurs du vol sans aucune preuve tangible. Ils les ont remis malgré tout aux autorités. Interpellés, ils nièrent les faits tant à l’enquête préliminaire qu’à l’information.

Par les arrêts n°142 et 143 du 20 juin 2005 de la Cour d’Assises de Bamako en transport à Sikasso, les accusés ont été respectivement condamnés à dix ans de réclusion criminelle chacun et 200 millions de FCFA au principal et à 50 millions de FCFA de dommages intérêts. Pour manque de preuve, cette décision a été cassée et annulée par la Cour Suprême.

Renvoyés une deuxième fois devant la Cour d’assises, les accusés soutenant les mêmes propos, déclarèrent, preuves à l’appui, qu’ils ont été soumis à la torture, à des sévices et autres traitements inhumains, cruels, dégradants et humiliants. Ils ajoutèrent ensuite qu’ils étaient aussi moralement persécutés par l’arrestation de leurs parents.

Le représentant du ministère public, Adama Fomba, dans son réquisitoire, a demandé à la Cour de les retenir dans les liens de l’accusation. Selon lui, les faits sont clairs et prouvés à suffisance. Les conseils de la partie civile, Mes Bourahama Koné, Hamidou Koné, Alou Diarra et Jean-Claude Sidibé, abondèrent tous dans le même sens que le ministère public.

La défense, qui était assurée entre autres, par Mes Nouhoum Camara, Alassane Diop, Moussa Kéita, Malick Dribrilla et Bassidiki Traoré, réfuta toutes les accusations portées contre leurs clients, déplora les traitements inhumains que les autorités policières ont infligés à leurs clients. Ils s’attachèrent à prouver qu’aucune preuve de l’existence et encore moins la possession de ce coffre n’a jamais pu être rapportée et qu’aucun document n’a été produit pour attester l’acquisition dudit coffre.

Avant de demander l’acquittement de leurs clients.  » Pour qu’il y ait vol, il faut que la chose supposée ait été retrouvée en possession des accusés. Qu’en l’espèce, ni la chose ni son contenu n’ont été retrouvés sur les accusés. Dès lors, on ne saurait donc les poursuivre et condamner, ni sur la base de cette disposition légale, ni sur la base des déclarations des accusés obtenues en violation de la Constitution « .

La Cour, dans le secret de ses délibérations, a infligé la peine de huit ans de réclusion criminelle à Boubacar Touré dit Bassidiki, Seydou Diop et Namory Kéïta, chacun. Tandis que Mamadou Coulibaly dit Tienfing a écopé de six ans de prison et Tidiani Maïga dit Tidio, a été jugé non coupable. Tous deux étaient accusés de complicité. En outre, les condamnés ont été sommés de rembourser le montant détourné à la partie civile et de payer la somme de 50 millions de FCFA en guise de dommages et intérêts.

Bandiougou DIABATE, Stagiaire

10 Mars 2008.