Partager

Des conventions signées avec 4 SFD pour des lignes de crédit aux femmes et jeunes promoteurs

Le Fonds de développement économique (FDE) a tenu hier, jeudi 10 juin, les travaux de la deuxième session de son Comité de pilotage sous la présidence de Sidi Mohamed Seck, conseiller technique au ministère de l’Economie et des finances. Outre le Directeur général du FDE, Noury N’Dyne Sanogo, la quasi-totalité des administrateurs était sur place pour cette session qui a permis d’examiner les documents relatifs aux deux projets majeurs du Fonds : le Projet micro crédit pour la promotion de l’entrepreunariat des femmes et des jeunes et le Projet d’appui au financement des petites et moyennes entreprises.

D’entrée de jeu, le président du Comité de pilotage, Sidi Mohamed Seck, représentant le ministre de l’Economie et des finances, a rappelé que la création du Fonds de développement économique (FDE) procède de la volonté politique du gouvernement de mettre en place une structure propice à administrer les lignes de crédit, les subventions et dotations destinées au financement des secteurs porteurs de l’économie.

Ainsi, toutes les dispositions nécessaires ont été prises pour son fonctionnement à travers le démarrage effectif du Projet micro crédit pour la promotion de l’entrepreunariat des femmes et des jeunes et du Projet d’appui au financement des petites et moyennes entreprises (PAF/PME).

La présente session a donc permis aux administrateurs d’examiner et d’adopter les documents du rapport d’activités 2009 et le projet de programme d’activités 2010 du Projet micro crédit pour la promotion de l’entrepreunariat des femmes et des jeunes, de partager des informations sur le projet d’appui au financement des petites et moyennes entreprises (PAF/PME).

Ce dernier projet, on se rappelle, a été lancé il y a juste un mois par le Premier ministre, Modibo Sidibé. Le PAF/PME est doté d’une enveloppe de 2 milliards de FCFA, débloquée par la BRS-Mali soit 74, 21% du coût total contre 595 millions de la part de l’Etat et les futures bénéficiaires contribueront pour 100 millions de FCFA. Le projet compte financer, pour cette année 2010, au moins 40 projets.

Le Projet micro crédit pour la promotion de l’entrepreunariat des femmes et des jeunes est également une réalité. Pour sa mise en œuvre, le FDE a signé des conventions de partenariat avec quatre systèmes financiers décentralisés (SFD) : Kafo Jiginew, Nyèsigiso, Kondo Jigima et Lahidu Wari. Des lignes de crédits ont été mises à la disposition de ces institutions de micro crédits pour le District de Bamako et certaines régions afin de permettre aux jeunes et aux femmes, promoteurs de projets porteurs, d’accéder à des financements.

Dans son exposé, Noury N’Dine Sanogo, Directeur général du FDE, a laissé entendre que le Projet micro crédit pour la promotion de l’entrepreunariat des femmes et des jeunes, lancé le 17 décembre 2009 à Bougouni, a connu un démarrage acceptable, notamment dans sa composante facilité des services financiers. Il demeure convaincu que si des dispositions sont prises pour faire face aux difficultés rencontrées, les résultats fixés seront atteints.

Le président du Comité de pilotage a espéré que ces travaux permettront d’accélérer la cadence des activités opérationnelles du FDE. Car, les actions du FDE s’inscrivent en droite ligne de l’option fondamentale du gouvernement qu’est le développement du secteur productif privé, à travers, d’une part, l’amélioration de l’environnement des affaires, d’autre part, la promotion des activités génératrices de revenus et des micro entreprises agricoles, de transformation et de services ainsi que le développement des petites et moyennes entreprises et des industries (PME/PMI).

Dans cette perspective, les actions prioritaires qui sont en cours portent notamment sur le développement des infrastructures, la mise en place de dispositifs financiers en faveur des PME, l’initiation et le soutien à des projets porteurs ainsi que l’élaboration et l’application d’une Loi d’orientation du secteur privé. « Le temps presse. La tâche est ardue. L’obligation de résultats probants est un impératif non seulement pour le FDE, mais aussi pour les organisations et structures impliquées dans la mise en œuvre des activités du FDE. Alors, j’en appelle à votre pragmatisme pour insuffler, dès maintenant, une dynamique aux activités du FDE » a conclu M. Seck.

Youssouf CAMARA

11 Juin 2010.