Partager


C’est le mardi dernier que les deux ministres de l’Artisanat du Mali et du Sénégal, accompagnés par Mme le ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, Mme Bah Hawa Keïta ont inauguré officiellement la 2ème semaine sénégalo-malienne de l’habillement au Centre International de Conférences en présence d’une forte délégation sénégalaise, burkinabé et nigérienne. Initié conjointement par la Chambre de Métier de la Commune V et la Fédération Nationale des Professionnels de l’Habillement du Sénégal (FENAPH), cette semaine s’inscrit dans le cadre de leurs missions dont l’organisation du secteur, la création des conditions d’échanges entre les deux pays.

Après la première édition en 2004 à Bamako avec la participation de près de 200 artisans du Mali et du Sénégal, la semaine sénégalo-malienne de l’habillement a pris une autre allure avec la participation des artisans burkinabés et nigériens, toute chose qui atteste que cette semaine s’ouvre à l’espace UEMOA.

A la cérémonie d’ouverture, le président de l’Assemblée Permanente des Chambres de Métier du Mali, M. Gaoussou Fofana, a rappelé que cette semaine s’inscrit dans le cadre de la création des conditions d’échanges entre les deux pays sur les différentes questions comme la création d’entreprise artisanale afin d’améliorer les conditions de vie des populations.

POUR PROMOUVOIR LA FILIERE

Selon le président de la FENAPH, en décidant d’organiser cette semaine, ils ont voulu favoriser, promouvoir la filière. Pour lui, cette semaine a atteint son objectif avec la participation des artisans nigériens et burkinabé en plus de ceux du Mali et du Sénégal. Il a ensuite remercié les autorités des deux pays pour leurs appuis. Avant de solliciter l’organisation de la prochaine édition à Dakar.

Dans son intervention, le ministre de l’Artisanat du Sénégal M. Koureïchi Thiam a rappelé que les deux pays sont liés par l’histoire et la géographique. Il a ensuite salué la coopération entre les pays, avant de souhaiter une fructueuse coopération.

Il a par ailleurs souligné que parmi les 120 corps de métier de l’artisanat, la coutume et la confection, sont les plus porteurs avec leur volume d’exportation.

M. Thiam a en outre souligné qu’au cours de cette semaine, des conférences seront animées autour des thèmes à savoir : “Le financement des mutuelles de l’artisanat” l’expérience sénégalaise, “Entreprise artisanale et fiscale”. Il a par ailleurs assuré de l’engagement de son département à accompagner la semaine.

DEUX DEFIS QUE L’ARTISANAT DOIT RELEVER

Dans son discours d’ouverture, le ministre de l’Artisanat et du Tourisme du Mali, M. N’Diaye Bah, a rappelé que nul n’ignore la grave crise que l’industrie textile dans la sous région et pendant ce temps, l’artisanat textile et de l’habillement a résisté.

A en croire M. le ministre, pour survivre aujourd’hui, le secteur de l’artisanat doit relever deux défis majeurs à savoir le défi de l’intérieur, le défi de prendre pied dans le marché mondial. Pour lui, ces défis ne seront relevés que si on change de mentalité, d’attitude à l’égard du travail.

Il a par ailleurs, assuré de l’engagement du gouvernement malien à accompagner toutes les démarches qui iront dans le sens du relèvement de ces défis. Avant de donner de rendez-vous à Dakar pour la 3ème édition.
La cérémonie d’inauguration a pris fin par une visite des stands des artisans exposants.

Dado CAMARA

1er février 2007.