Partager

Les électeurs de Sokorodji, Banankabougou et Sogoniko, groupe scolaire I se sont rendus aux urnes dimanche 11 août 2013, dans le calme mais timidement, pour élire au second tour le président de la République.

Les électeurs de Sokorodji dont le président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) ont voté dans le calme au second tour de la présidentielle. A l’instar de Sokorodji où les bureaux de vote ont officiellement ouvert à 8 h du matin, les électeurs de Banankabougou et Sogoniko, groupe scolaire I, ont voté dimanche au second tour de l’élection présidentielle dans le calme.

Le président de la Céni, Mamadou Diamoutani a été accueilli à 9 h 18 au centre de Sokorodji par des doléances d’un groupe d’assesseurs alors qu’il se rendait à son bureau de vote, n°11. Les assesseurs des bureaux 3, 12 et 9 étaient remplacés sans décision au motif de certaines imperfections au 1er tour. Pour le coordonnateur de ce centre, Mamadi Kane, c’est pour corriger les imperfections du 1er tour.

« Calmez-vous et faites en sorte que le scrutin se déroule bien« , a dit le président de la Céni, tenant un rapport des assesseurs remplacés. Le président de la Céni, satisfait, est très vite reparti après avoir accompli son devoir civique, prônant l’engagement aux assesseurs et sans faire de déclaration à la presse.

Les observateurs ont constaté, dans les centres visités, de longues files d’attente devant les bureaux de vote. Mais l’affluence, selon de nombreux observateurs nationaux, serait moins élevée qu’au 1er tour. S’il y avait beaucoup d’électeurs à Sokorodji dès l’ouverture des bureaux, ce ne fut pas le cas dans la matinée. Le président de la Céni, s’est néanmoins félicité du déroulement du scrutin à Sokorodji. Toutefois sur place, des assesseurs ont regretté leur remplacement.

Non loin de là, à Banankabougou, Yacouba Togo à la sortie de son bureau n°2, s’est dit heureux d’avoir fait le déplacement car, selon lui, ce scrutin constitue une étape essentielle pour le retour de la paix et la stabilité dans notre pays. « J’ai accompli mon devoir et je demande à tous les citoyens de faire autant car notre pays a trop souffert« , a-t-il souligné.

Même engouement et même ferveur électorale au centre de Sogoniko, groupe scolaire I. Dans ce centre, un observateur de l’Union européenne, s’est félicité « de voir tant de citoyens maliens qui sont là pour aller voter, qui attendent leur tour calmement« . Il s’exprimait devant le bureau du coordonnateur. Il a noté aussi avec satisfaction que de nombreux électeurs ont pu se rendre aux urnes contrairement au 1er tour car ils ont pu retirer leur carte électorale à temps.

« Par rapport au 1er tour, il y a eu un changement comme l’accès dans la cour avec la carte Nina« , a dit Mamadou Doumbia, un observateur national au centre de Sogoniko, groupe I.

D’après le coordonnateur du centre de Sogoniko, groupe scolaire I, Lassana Mariko, tout se passe bien et l’affluence est appréciable. Toutefois, il a signalé un cas de fraude où un jeune homme serait à l’origine dans un bureau avec des bulletins faux. « Nous avons signalé et il a été conduit au Commissariat du 7e arrondissement« , a indiqué le coordinateur. Selon lui, hormis ce cas, dans l’ensemble et sur les 30 bureaux sous son contrôle, le calme régnait au moment de notre passage.

A Sogoniko, on notait un imposant dispositif sécuritaire avec la gendarmerie en première ligne sous la vigilance de leur directeur général, le colonel Diamou Kéita. Les éléments de la Croix-Rouge ainsi que l’Association malienne pour le relèvement des taux de participation aux élections (AMRTPE), jouaient pleinement leur participation.

Le vote à Sokorodji, Banankabougou et Sogoniko, groupe scolaire I, dans l’ensemble en Commune VI, s’est déroulé dans le calme.

Boubacar Diakité Sarr

12 Août 2013