Partager

La Mairie du district de Bamako a tenu le lundi 2 juillet dernier la 2e session ordinaire de son Conseil. Cette session se tient au moment où la Mairie traverse des moments difficiles, à cause d’un recul de ses recettes, dont la baisse est évaluée à 32%.

Le Conseil était présidé par le Maire, Adama Sangaré, qui a profité de l’occasion pour appeler les populations à jouer leur rôle dans l’assainissement de notre capitale en cette période hivernale. Au cours de cette session, les Conseillers du District se sont penchés sur les questions relatives à l’exercice des compétences du District de Bamako en matière de gestion du territoire, sur la situation financière de la Mairie, sur la situation de la mise en œuvre de la convention avec les commerçants, notamment la Régie des marchés, sur la situation de l’assainissement de la capitale et sur la mise en œuvre de la convention avec les transporteurs.

Pour le Maire du District, Bamako est confrontée à un double phénomène de croissance démographique exceptionnelle et d’un étalement urbain incontrôlé, qui s’accompagnent d’une insuffisance d’infrastructures, sous dimensionnées, et d’un accès insuffisant aux services sociaux de base pour les populations. En témoignent la gestion du projet de mobilité urbaine et de celui des infrastructures commerciales, qui ont conduit à des incompréhensions qui ont rendu difficile le dialogue social avec certains acteurs économiques. S’y ajoute la situation difficile que connait notre pays actuellement.

Selon Adama Sangaré, la problématique de l’insalubrité de la ville, qui repose sur la stratégie de gestion des déchets solides du District adoptée en juin 2003, est liée à l’insuffisance des ressources financières, qui a obligé la Mairie revoir à la baisse son programme de balayage et de curage pour 2012. «Il est nécessaire de rappeler aux élus le fait, qu’en plus de cette situation, la crise du Nord a mis sur la route de l’exil un nombre important de nos concitoyens. Le District de Bamako en accueille, à juste titre, une partie non négligeable, femmes, enfants de ces populations déplacées. Cette nouvelle responsabilité accroît d’avantage notre charge de gestion quotidienne», a-t-il souligné.

Mais Adama Sangaré ne perd pas espoir, avec nos amis chinois, quant aux projets de réalisation du Port Sec, de rénovation du Marché Dossolo Traoré et de rénovation de la Gare Routière de Sogoninko avec le soutien de la tutelle. L’occasion était donc bonne de remercier et de saluer l’action décisive, en appui à celle des Collectivités maliennes, de près de 26 Millions de francs CFA de l’Association Internationale des Maires Francophones (AIMF) pour nos concitoyens au Nord, et bientôt de la Ville de Lyon.

Cette association a aussi décidé d’apporter son soutien, à hauteur de 100 millions, pour la construction du Centre d’écoute et d’orientation des enfants. Le Maire n’a pas oublié la Banque Mondiale, qui a continué son programme d’investissement sur notre territoire de près de 1 Milliard en travaux d’assainissement, en vue de pallier aux inondations constantes des Communes I et IV. Dans cette situation, Adama Sangaré demande un effort aux populations en vue de l’entretien volontaire des caniveaux, pour prévenir d’éventuelles inondations.

Youssouf Diallo

22 Septembre du 5 Juillet 2012