Partager

Etudier le projet directif relatif à la libre circulation et au droit d’établissement des vétérinaires au sein de l’espace de l’Union Economique Monétaire Ouest Africaine (UEMOA); examiner les projets de règlement d’exécution de la commission portant liste des maladies à déclaration obligatoire et des mesures spéciales applicables. Tels sont, entre autres, les sujets auxquels les membres du comité vétérinaires de l’UEMOA s’attèllent depuis hier 10 décembre au Grand Hôtel de Bamako.

Depuis hier lundi 10 décembre, des vétérinaires de l’espace UEMOA sont en conclave à Bamako, dans le cadre de la deuxième réunion du comité de pilotage de leur organisation.

A travers cette rencontre, qui durera quatre jours, il s’agira pour les vétérinaires de la zone UEMOA de débattre de la directive relative à la libre circulation et au droit d’établissement des docteurs vétérinaires dans cet espace sous régional. Le règlement portant sur la liste des maladies à déclaration obligatoire ainsi que les textes portant applications des législations pharmaceutiques vétérinaires, seront également au centre des débats.

La cérémonie d’ouverture de ces travaux, qui se déroulent au Grand Hôtel de Bamako, était présidée par le Secrétaire général du Ministère de l’Elevage et de la pêche, Dr Yacouba Samaké. Qui avait pour la circonstance à ses côtés, Issoufi Daré, représentant du Commissaire chargé au Développement rural, des ressources naturelles et de l’environnement de la Commission de l’UEMOA. On pouvait également noter à cette rencontre la présence du Dr Zacharie Compaoré, du Centre régional de la santé animale.

Dans son discours d’ouverture des travaux, le Secrétaire général du ministère de l’Elevage et de la Pêche, Dr Yacouba Samaké, n’a pas manqué de souligner le rôle prépondérant que joue le secteur de l’élevage dans l’économie des pays respectifs de la zone UEMOA et plus particulièrement celui du Mali.

 » Le secteur de l’Elevage constitue la principale source de subsistance pour plus de 30% de la population malienne« , a-t-il souligné. Avant de regretter qu’en  » dépit de son énorme potentialité de développement, l’élevage, au Mali, comme dans les autres pays de la sous-région, affiche des performances modestes en termes de la productivité et des productions animales « .

Le représentant du ministre de l’Elevage et de la pêche a fondé son espoir sur cette deuxième réunion du comité vétérinaire, qui permettra d’identifier clairement les rôles, les responsabilités des Etats membres, des différents acteurs nationaux publics et privés ainsi que de la Commission de l’UEMOA. « Cette étape constitue une étape importante dans la mise en œuvre des reformes visant à organiser l’espace communautaire UEMOA, en un territoire zoo-sanitaire unique ou des règles communes seront édictées et mises en œuvre de façon concertée  » a-t-il conclu.

Kassoum THERA

11 Décembre 2007.