Partager

L’or, le diamant, la bauxite, le manganèse, le fer, le cuivre, le plomb, l’uranium et le phosphate sont, entre autres, des richesses dont regorge le sous-sol malien.

Dans le menu du programme des journées minières qui se tiennent au Centre international des conférences de Bamako (CICB) du 23 au 26 janvier, une grande place a été accordée aux échanges entre les sociétés minières, les opérateurs économiques, les experts.

Hier, mercredi 24 janvier, un atelier a été animé par Fatiaga Koné, chercheur à la Direction nationale de la géologie et des mines (DNGM) sur le potentiel or et métaux précieux du Mali. Cet exposé a, essentiellement, porté sur les potentialités des régions minières du Mali.

L’orateur a soutenu que le Mali a toujours été perçu comme un pays possédant un potentiel minier certain, confirmé par de nombreuses références historiques et une activité artisanale séculaire encore intense de nos jours.

S’agissant du potentiel or et métaux précieux du Mali, M. Koné a déclaré que les différents travaux d’inventaire minier effectués sur le territoire national ont permis de distinguer trois régions minières. Il s’agit des régions Ouest, Sud et Nord du Mali.

La région minière Ouest du Mali correspond essentiellement à la région administrative de Kayes et se subdivise en quatre provinces dont les communes de Guidimaka, Nioro, Kéniéba, Bafoulabé et Kita. Ici, on peut citer les gisements d’or de Sadiola, Yatéla, Loulo et Ségala.

S’y ajoutent des indices d’or à Tabakoto, Tintiba, Dioulafourou et Farabantourou, entre autres. Les indices de diamant existent aussi dans la région de Kayes. Environ vingt pipes kimberlitiques dont huit sont diamantifères ont été découvertes.

Des gisements de fer ont été découverts dans la commune de Djidian à Kéniéba. La quantité de fer dans le gisement de cette dernière commune est estimée à 10 millions de tonnes.
Même quantité pour le gisement de calcaire de Bafoulabé.

Dans la région minière Sud du Mali qui correspond à la région administrative de Sikasso, là, au delà des gisements d’or de Syama, Kalana, Kodièran, Wassoulou Balé, Misséni Flat et Morila, des indices d’or ont été découverts à Sagala, Kékoro, Foulaboula, Pitangona, entre autres.

Des indices de nickel et de platine, de plomb zinc sont aussi identifiés dans la même région. A Bougouni, un gisement de lithium a été découvert. Sa quantité est estimée à quatre millions de tonnes de minerai. C’est à Yanfolila que le kaolin a été vu.

La troisième région minière du Mali correspond administrativement aux régions de Gao, Kidal et Tombouctou.

Dans ces régions, il a été mis en évidence les gisements d’or d’In-Darset, de manganèse de Tassiga, de plomb zinc de Tessalit, de phosphate de Tamaguilelt. Des indices de cuivre, d’uranium, de terre rare, de gypse et de lignite ont été découverts dans d’autres parties de ces régions.

Au terme de son exposé, Fatiaga Koné a déclaré que «le sous-sol malien présente une richesse assez diversifiée et que certaines substances présentent des réserves très importantes».

Abdoul Karim KONE

25 janvier 2007.