Partager

Les deuxièmes consultations bilatérales Mali – Venezuela ont eu lieu à Caracas du 15 au 17 août 2007 dans le cadre de la première session de la Commission mixte de coopération bilatérale. C’était sous la coprésidence de Moctar Ouane, ministre malien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale et de son homologue vénézuélien Reinaldo Bolivar, vice-ministre pour l’Afrique du ministère du Pouvoir populaire pour les relations extérieures. Le bilan de la coopération bilatérale, récente mais dynamique, est très prometteur notamment dans le domaine de la lutte contre la pauvreté par la modernisation de l’agriculture malienne.

Les relations entre le Mali et la République bolivarienne du Venezuela trouvent leurs origines dans l’accord-cadre de coopération signé à Caracas il y a environ trois ans. Au bout desquels ces rapports se sont renforcés avec la tenue à Bamako, en mars 2005, de la première session des consultations bilatérales, la visite du président Hugo Chavez Frias au Mali en août 2006 et l’ouverture de l’ambassade vénézuélienne dans la capitale malienne en octobre 2006.

La tenue de la 2e session des consultations bilatérales, du 15 au 17 août, dans le cadre de la 1re session de la Commission mixte s’inscrit, aux dires de Moctar Ouane, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, dans le chenal de la «ferme détermination du gouvernement de la République du Mali de construire avec la République bolivarienne du Venezuela des relations fortes, confiantes et mutuellement bénéfiques».

Il s’agit de renforcer les acquis des rapports entre les deux Etats et de dégager «des perspectives claires et pertinentes pour conserver à cette coopération toutes ses promesses» en restant concentrés sur l’objectif central : la lutte contre la pauvreté par la modernisation de l’agriculture malienne en vue d’assurer la sécurité alimentaire, la promotion de l’emploi, de la formation professionnelle et du micro-crédit en faveur des jeunes et des femmes. Sans oublier les secteurs de l’éducation et de la santé dans le cadre d’une coopération triangulaire avec Cuba.

Les deux ministres se sont concertés pour déterminer les voies et moyens de dynamiser la coopération entre les deux Etats qui ont la même identité de vues sur les questions politiques régionales et internationales. En l’occurrence la nécessité de réforme du Conseil de sécurité et de revitalisation de l’Assemblée générale des Nations unies et l’importance du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU dont le Venezuela est candidat à la présidence pour la période 2008-2010. Ils se sont aussi mis d’accord sur l’entraide en vue de la promotion de la réussite du 2e Sommet Amérique du Sud / Afrique qui se tiendra à Caracas en novembre 2008.

Les autorités du pays de Simon Bolivar ont également invité le Chef de la diplomatie malienne à la session extraordinaire de leur Assemblée nationale consacrée à la présentation du projet de réforme de la Constitution de 1999 par le président Hugo Chavez Frias. Qui a présenté le Mali comme assez «représentatif d’une Afrique en marche et avec laquelle le Venezuela veut construire des relations de partenariat exemplaire».

Pour sa part, Reinaldo Bolivar a qualifié ces consultations bilatérales de rencontre avec la « mère Afrique« . Son homologue, Moctar Ouane, qui a eu des entretiens avec plusieurs personnalités du Venezuela, a estimé que le bilan de la coopération bilatérale, récente mais dynamique, est très prometteur.

Surtout dans les domaines de la lutte contre la pauvreté avec l’ouverture prochaine à Bamako d’une filiale de la Banque de développement économique et social du Venezuela (BANDES), le financement de programmes sociaux, la coopération énergétique avec la signature d’un mémorandum d’entente entre les deux ministères malien et vénézuélien chargés de l’Energie, la finalisation d’accords de coopération dans le domaine militaire et technique, du tourisme, de la culture, du sport et des échanges commerciaux et l’ouverture très prochaine d’une ambassade du Mali au Venezuela.

«Ces résultats sont encourageants, certes. Mais je suis sûr de me faire l’écho d’une conviction commune à nos deux délégations en affirmant que nous pouvons, nous devons, nous allons faire plus», a déclaré Moctar Ouane.


Zoubeirou MAIGA


De l’état d’exécution des recommandations des premières consultations: Lors des 2es consultations de la 1re session de la Commission mixte Mali – Venezuela, les deux délégations ont fait, en 14 points, le point de l’état d’exécution des recommandations des 1res consultations.

En matière d’énergie et d’environnement, des progrès ont été enregistrés. Le Mali présentera une proposition de coopération pour la fourniture de produits pétroliers et la société anonyme Petróleos de Venezuela (PDVSA), compagnie pétrolière nationale de la République bolivarienne, s’est engagée à réaliser une étude géologie de surface pendant 15 mois au terme desquels elle explorera le bloc 16 du bassin de Taoudenni. La coopération concernera aussi le solaire et l’éolienne. En matière d’environnement, le Mali a présenté quatre requêtes de financement relatives notamment au bassin du Niger et à l’Office du Niger.

Dans le domaine de l’agriculture, de l’agro-industrie et des sciences et technologies, les rapports bilatéraux concerneront surtout l’Institut d’économie rurale (IER) côté malien et l’Institut national de recherches agricoles (INIA) côté vénézuélien. Des bourses d’études de haut niveau en développement durable du territoire rural, biotechnologie animale, biotechnologie végétale, santé animale, santé des plantes et bioénergie pourraient être octroyées, à partir de 2009, à des Maliens.

L’éducation et de la formation professionnelle ne sont pas en reste: le Mali et le Venezuela ont décidé de procéder à des échanges d’expériences en matière d’éducation sexuelle au niveau des communautés défavorisées et de faire coopérer l’Institut national de formation pour l’éducation socialiste (INCES) et le Centre de recherches en formation textile (CERFITEX).

Dans les secteurs des industries de base, des industries légères et du commerce, la coopération sera axée sur l’échange d’expériences entre les chambres de commerce et d’industrie des deux Etats. Et le Venezuela participera probablement à la 8e Foire-exposition internationale de Bamako (FEBAK) du 30 novembre au 15 décembre 2007.

Il est prévu des échanges d’expériences, d’émissions et d’informations, à partir du programme INFOMOVIL de la fondation INFOCENTRO, en matière de communication, d’information et de NTIC afin d’assurer le développement de la Télévision du Sud (TELESUR), projet du Venezuela.

La sécurité sociale, la protection de la maternité, l’inspection du travail, la promotion de la micro-finance, la formation d’étudiants maliens en hôtellerie, tourisme et en langue espagnole à partir de 2008, de même que l’établissement d’une route commerciale entre Caracas et Bamako sont les autres champs de la coopération.

Aussi, les deux pays ont-ils promis de renforcer la coopération en matière électorale et en matière de Défense. De son côté, le Mali participera, du 7 au 25 novembre 2007 à Caracas, au Festival culturel avec les peuples d’Afrique.

Au terme des consultations bilatérales, deux projets d’accords de coopération relatifs à la culture et à l’éducation physique et aux sports ont été signés. Pendant que trois projets de protocole de coopération afférant au tourisme, à la défense et aux relations entre les deux chambres de commerce été soumis par le Mali à la partie vénézuélienne.

Qui, elle, a soumis aux Maliens six projets d’accords relatifs à l’agriculture, à la communication, à l’information et aux NTIC, à la formation professionnelle, à l’industrie et au commerce, de même qu’à la coopération entre l’Institut national de formation pour l’éducation sociale (INCES) et le Centre de recherches en formation textile (CERFITEX).

Enfin, il a été décidé de tenir, en 2009 à Bamako, la deuxième session de la Commission mixte Mali – Venezuela.

Zoubeirou MAIGA

27 août 2007.