Partager

marthyr.jpg

C’est dans la bonne tradition que le président de la République, Amadou Toumani Touré, a déposé hier une gerbe de fleurs au pied du monument dédié à ceux qui ont donné leur vie pour l’avènement de la démocratie.

La date du 26 mars 1991 restera à jamais gravée dans les annales de l’histoire de notre pays. En effet, ce jour là, grâce à l’action combinée de la société civile et d’officiers patriotes, le Mali retrouvait la liberté et la démocratie. Mais cela au prix de nombreuses victimes civiles qui n’ont pas hésité à sacrifier leur vie pour l’instauration d’un nouvel ordre porteur d’espoirs pour le pays.

La Nation leur restera indéfiniment redevable. C’est pour cette raison que depuis quelques années, les pouvoirs publics ont institué la Semaine des Martyrs. Les activités commémorant cette semaine culminent le 26 mars avec la célébration de l’anniversaire de la date qui marqua la fin du régime du parti unique.

Dans cette bonne tradition, le président de la République, Amadou Toumani Touré, a déposé hier une gerbe de fleurs au pied du monument dédié aux Martyrs. Pour rendre un vibrant hommage aux générations qui sont allées jusqu’au sacrifice ultime dans le but de la construction d’un Mali démocratique et prospère.

Malgré les vicissitudes de l’histoire, les acquis sont là aujourd’hui. Et c’est pour ne pas oublier le sacrifice des Martyrs que le pays se doit de leur rendre hommage à chaque occasion.

Il régnait hier matin sur la place du monument dédié aux victimes de la répression de mars 1991, une atmosphère de grande émotion, quand le chef de l’État déposait la gerbe de fleurs. Amadou Toumani Touré a été accueilli par le Premier ministre, Modibo Sidibé entouré des membres du gouvernement. Les autorités militaires, les responsables administratifs et politiques du district de Bamako, les membres du corps diplomatique et les leaders d’associations démocratiques et de la société civile étaient présents. Tous étaient là dans le même état d’esprit : rendre hommage aux victimes de la répression du 26 mars 1991.

Vêtu d’un boubou blanc (symbole de paix et de tolérance) et d’un chéchia, le chef de l’État, Amadou Toumani Touré, sous les notes funèbres de la fanfare du Génie militaire, a déposé au pied du Monument des martyrs le gerbe de fleurs.
« Après 17 ans, je peux témoigner des progrès réalisés par notre pays, dans la voie de la démocratie. Tout n’est certes pas parfait, comme d’ailleurs aucune œuvre humaine. Mais rien que le fait que notre pays soit cité en exemple à travers le monde veut dire beaucoup de choses. C’est vrai que nous avons rencontré des difficultés, mais il faut dire que rien ne se donne et que tout s’acquiert. Rendre hommage aux martyrs est un devoir de souvenir et de reconnaissance« , a déclaré le président Touré interrogé par la presse à la fin de la cérémonie.

Par delà les victimes de la répression de 1991, le président de la République a voulu rendre hommage à tous nos héros. Comme les résistants à pénétration coloniale. Ces pionniers qui ont lutté sous diverses formes pour sauvegarder notre liberté. Le même hommage a été rendu à ceux qui ont contribué vaillamment à la construction de la nation malienne après l’Indépendance.

Hier était donc un jour de prière et de souvenir pour tous les fils du pays qui sont sacrifiés pour la liberté, l’unité et la prospérité du Mali éternel. « Je prie vraiment de tous mes vœux pour que leur sacrifice ne soit jamais vain!« , a-t-il conclu.

M. N. TRAORÉ – L’Essor

27 Mars 2008.