Partager

Nous, signataires de la présente lettre, avons l’honneur de porter à votre connaissance que les élections municipales du 26 avril 2009 dans la circonscription électorale de la commune I du district de Bamako se sont déroulées dans les conditions très irrégulières.

C’est pourquoi, regroupés au sein d’un Collectif des partis politiques, Mouvements et Associations victimes de la fraude électorale en Commune I, nous ne nous reconnaissons pas dans les résultats publiés le mardi 28 avril 2009 par le Gouverneur du district de Bamako.

En effet, nos représentants dans la commission de centralisation des résultats chargée de faire le décompte des voix nous ont rapporté des faits très graves qui nous font dire que les résultats publiés ne sont pas crédibles, sincères et fiables. Parmi ces faits, nous vous citons quelques uns :

– sur les 367 enveloppes contenant les résultats des 367 bureaux de vote, 225 sont sans cachet (un Procès Verbal d’huissier en a fait le constat sur place) ;

– Tripatouillage informatique des chiffres afin d’obtenir des chiffres concordants entre le nombre de suffrages exprimés et le nombre de votants, ce qui a engendre plus de 3000 bulletins nuls irréels ;

– Différence entre les résultats portés sur les feuilles de dépouillement et les procès-verbaux.

Convaincus que les irrégularités ainsi signalées et dûment constatées par acte d’Huissier sont de nature à empêcher la libre expression de la volonté des populations de la Commune I, nous signataires de la présente lettre ouverte réaffirment notre foi en la démocratie et notre confiance au Gouvernement pour prendre dans les meilleurs délais des mesures exigées par les circonstances.

Comptant sur votre qualité de démocratie sincère et de patriote convaincu, nous vous prions de bien vouloir croire à l’expression de notre très haute considération.


Bamako, le 06 mai 2009

Signataires :

SADI, Alliance MIRIA-URP, CNID, MCC-Yereko-ARC, PSR, UFD, Alliance US RDA-FCD-REDD-PIDS, PCR, PARENA, Faso-Jigi, ADIC-DMETON

16 Mai 2009