Partager

Après le Sommet Afrique-France début décembre à Bamako, la capitale du Mali accueille dans quelques jours la 24e Conférence régionale de la FAO.

Cette rencontre regroupera plus de 600 experts de l’institution onusienne, les ministres de l’Agriculture et de l’Alimentation des 53 Etats africains membres de l’ONU, des représentants d’ONG, d’associations…

La conférence fera le point sur les recommandations du Nouvel partenariat pour le développement en Afrique (Nepad) en matière d’agriculture et d’alimentation.

En plus, elle va débattre de plusieurs autres sujets ; à savoir : les politiques de sécurité alimentaire, la compétitivité de l’agriculture africaine dans la globalisation, la politique africaine des semences, l’état sanitaire de nos produits alimentaires, etc.

C’est en 2004 à Johannesburg que l’organisation de cette 24e conférence fut confiée au Mali, a indiqué hier le président du comité national d’organisation, colonel Souleymane Sidibé au cours du point de presse.

« Les préparatifs vont bon train. Aucun retard n’est accusé dans l’exécution des tâches », a-t-il souligné, tout en expliquant que l’inquiétude se situait au niveau de la commission thématique.

Cette dernière, pour des raisons imputables à l’organisation et au fonctionnement de la FAO, n’avait pas encore élaboré les thèmes. Mais, c’est désormais chose faite.

Parlant du mémorandum signé entre le Mali et la FAO, qui précise les obligations de chaque partie dans l’organisation et la tenue de la rencontre, le colonel Sidibé a dit que le Mali s’acquittait convenablement de toutes ses obligations qui sont : « un apport d’accompagnement », c’est-à-dire, la mise à disposition de matériels logistiques et de ressources humaines.

Tout le reste étant financièrement pris en charge par la FAO.

Le comité national d’organisation comprend six commissions ou groupe de travail.

Denis Koné

13 janvier 2006.