Partager

Comme prévu, le lancement  officiel de la campagne nationale de reboisement 2016 couplé à celui du lancement des activités de la Grande Muraille Verte du Mali a eu lieu le samedi dernier dans la forêt classée de Tienfala. Ce grand rendez-vous de «l’opération pour un Mali vert » était placé sous la présidence du Premier ministre Modibo Keita en présence de plusieurs membres du gouvernement, du Gouverneur de la Région de Koulikoro, des Maires des Communes Rurales de N’Gabacoro-Droit et de Tienfala, des partenaires Techniques et Financiers, des représentants  de la Société Civile et du Secteur Privé…Le Ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement Durable (MEADD), sous la houlette du ministre Kéita Aida M’Bo s’était beaucoup mobilisé pour la réussite de cette campagne, notamment à travers les services des Eaux et Forêts.
La 22ème édition de cette campagne nationale de reboisement dénommée « Opération pour un Mali vert » a retenu comme thème « restaurons les écosystèmes dégradés, un devoir noble contre les effets des changements climatiques » avec comme  slogan « reboiser les terres dégradées, c’est lutter contre la désertification, c’est aussi un acte de citoyenneté ». Cette année, les perspectives de la campagne sont bâties autour d’un programme très ambitieux de 116 776,90 ha de reboisement avec 54 361 276 plants, toutes espèces confondues, la restauration de sites miniers, la régénération naturelle assistée (RNA), etc. En ce qui concerne des actions de la Grande Muraille Verte qui sont des véritables programmes de développement, elles s’étendront sur 2066 km de long  et 215 km de large dans cinquante-cinq (55) communes réparties entre 24 cercles des régions  de Kayes, Koulikoro, Ségou, Mopti, Tombouctou et Gao.
Le lancement de cette la campagne 2016 a été un véritable coup d’accélérateur à l’éveil des consciences au niveau national pour sauver nos forêts. L’appel a été lancé pour la restauration des terres dégradées et la lutte contre la désertification qui contribuent à la lutte contre la pauvreté des populations, à l’embellissement des agglomérations pour offrir à nos citoyens un meilleur cadre de vie. Mais aussi à la réalisation de divers types de plantations pour la satisfaction des besoins en énergie domestique, en bois de service et bois d’œuvre et la conservation de la diversité biologique. Aussi, certaines tares comme l’incivisme des populations, l’occupation illicite des forêts classées par les populations et les exploitants de toute sorte et le développement de l’orpaillage traditionnel ont été vivement dénoncées.
Pour le ministre de l’Environnement, le Choix de  la forêt classée de Tienfala pour abriter la cérémonie de lancement se justifie amplement par la mise en œuvre de l’instruction N°462/PM-CAB du 04 août 2015 du Premier ministre Modibo Keita attirant l’attention sur « la nécessité de ne pas permettre, dans les forêts classées, l’exploitation même à titre provisoire des superficies par les populations et cela pour toutes les cultures ». Madame le ministre a déploré que les diverses pressions humaines qui s’exercent négativement sur cette forêt, à savoir la coupe abusive du bois, les feux de brousse, les lotissements (plus de 50 titres fonciers attribués), affectent sérieusement sa vocation.
Pour sa part, le Premier ministre Modibo Keita avant de planter le premier arbre a indiqué que chacun doit s’y mettre afin de contrecarrer l’avancée du désert et ses multiples conséquences sur notre écosystème. Il a rappelé que la protection de la forêt n’est pas le rôle des seuls services des Eaux er Forets mais de tous. « Nous sommes mis devant nos responsabilités face à la détérioration progressive de nos ressources naturelles », a souligné le Premier ministre avant de donner le coup d’envoi de la campagne 2016.

Daniel KOURIBA

Du 10 Août 2016