Partager

Tiégoum Boubèye Maïga, Directeur de publication de La Nouvelle République : «Toujours aussi percutant»

J’ai pris part en même temps que Chahana Takiou au mini-sommet de la CEDEAO sur la crise au Mali qui s’est tenu à Ouagadougou le samedi 7 juillet dernier. Après la clôture des travaux, j’ai été témoin d’une scène qui suffit à elle seule à traduire le tempérament de Chahana Takiou et l’ambition qu’il nourrit pour «son» journal. Toujours friand d’informations de premières mains, à défaut d’être exclusives, Chahana s’était donné pour mission d’épingler le Président Blaise Compaoré à son tableau de chasse.

L’entretien, bref il est vrai, accordé par Blaise à l’ensemble de la presse présente ne suffisait pas au bonheur du Directeur de 22 Septembre. Or la garde rapprochée du président burkinabè est connue pour être professionnelle et sans états d’âme. Je vous laisse deviner la suite.

Le journal 22 Septembre a réussi l’indispensable premier pari, celui d’exister normalement dans le paysage médiatique malien. Mais les animateurs du journal ne veulent pas d’un journal «normal». D’où les efforts qu’ils déploient, deux fois par semaine, pour trouver des informations de bonne qualité pour les lecteurs.

La ligne du journal est très claire, car elle ne fait ni dans la demi-mesure ni dans l’hypocrisie. Le traitement des informations est toujours aussi percutant. Même si, parfois, il flirte avec le sensationnalisme. Les articles sont bien écrits et il est très rare de tomber sur une coquille (Ramata reste toujours vigilante, bon pied bon œil). Et puis je ne boude pas mon plaisir, parce que, pour l’avoir demandé l’année dernière, Chahana fait des efforts pour publier des éditoriaux à chaque parution.

Je signale juste au passage que le journal a subi une légère cure d’amaigrissement, preuve que Chahana a le sens de l’anticipation et du redressement avant l’heure. Puisqu’il faut trouver un défaut (sinon mon témoignage serait suspecté de complaisance envers mon jeune confrère), je note que la Une du journal a besoin de respirer davantage. On a souvent besoin d’un seul bon titre ou d’une seule bonne photo pour capter le regard du lecteur.

Bon vent 22 Septembre. L’indépendance n’est jamais définitivement acquise. En effet, après le premier pari gagné par le journal, il y a d’autres paris, tout aussi importants, comme de trouver des annonceurs (c’est nécessaire pour l’équilibre financier); d’élargir le champ de la distribution (quand on s’appelle 22 Septembre on doit démocratiser l’accès à l’information); ou monter sa propre imprimerie, par exemple (C’est déjà fait! NDLR). Bon anniversaire.

Me Mountaga Tall, député, Président du CNID Faso Yiriwa Ton : «Le journal observe une ligne indépendante »

Le journal 22 Septembre, c’est d’abord un titre évocateur. Ce choix ne peut pas procéder du hasard. Il induit des obligations à la charge des journalistes que vous êtes et, surtout, il impose de relever des défis importants. La date du 22 Septembre relève du patrimoine commun des Maliens. Choisir cette date, pour n’importe quelle activité, oblige à la respecter, à la valoriser et en être digne. La question est maintenant de savoir, trois années après, si vous avez réussi à relever ce défi.

Ce qu’on peut constater, c’est la régularité de la parution. C’est le fait d’avoir réussi à s’imposer, dans un milieu médiatique très concurrentiel et extrêmement difficile. Mais, ce en quoi je voudrais vous saluer, c’est d’avoir toujours observé la même ligne rédactionnelle. C’est le plus important, l’indépendance du journal. Sur aucun sujet il n’y a d’alignement inconditionnel. De façon spécifique, liée au contexte, on ne peut que rendre hommage à 22 Septembre pour tout ce qu’il fait concernant l’information des Maliens sur la situation au Nord aujourd’hui.

Tout ceci m’amène à formuler des vœux pour que nous puissions continuer le plus longtemps possible à lire ce journal et surtout pour dire vivement 22 Septembre au quotidien!

Assarid Ag Imbarcawane, 2ème Vice-président de AN : «Quand on a besoin de s’informer, on se réfère à 22 Septembre»

Je voudrais tout d’abord vous souhaiter un joyeux anniversaire pour votre 3ème année. C’est un journal dont j’ai personnellement suivi la création, le parcours. Il fait partie des journaux que je lis beaucoup. 22 Septembre fait partie des principaux journaux de la place. Au plan de l’actualité politique et internationale, je pense que chaque fois qu’on a besoin d’informations susceptibles de nous amener à adopter une position sur un problème donné, on peut toujours se référer à 22 Septembre. Je pense que 22 Septembre est un très bon journal.

La ligne éditoriale que vous observez est une ligne tout à fait indépendante. Vous n’êtes avec aucun parti politique. Quand un parti se comporte bien, vous le dites, quel que soit le parti qui pose un acte dans l’intérêt du peuple, vous le dites. Quand quelqu’un pose également un acte qui ne va pas dans l’intérêt du peuple, vous le dites. Vous avez des journalistes extrêmement courageux, notamment votre Directeur.

Je pense que c’est ça aussi le journalisme. C’est l’éthique et la déontologie, il faut être courageux et protéger ses sources. Il faut dire ce qu’il faut dire au moment où il faut le dire. Vous devez continuer sur cette ligne, surtout en ces temps durs pour notre pays.

Vous devez continuer à détendre le climat politique à Bamako et à faire en sorte que les acteurs politiques s’entendent, pour nous permettre de réaliser le défi de la récupération du Nord de notre pays. Vous devez contribuer à nous aider à organiser des élections dans les meilleurs délais, des élections législatives et présidentielle crédibles et transparentes. Je pense que les Maliens doivent éviter de se battre pour des strapontins, pour être ceci ou cela.

Lanseni Balla Kéita, député, membre du Parlement panafricain «La ligne du journal, c’est l’orthodoxie même de la presse»

D’abord, personnellement, j’ai salué la création de ce journal, de par son nom, qui est caractéristique de notre indépendance. Ce nom a été bien choisi et bien réfléchi. Ensuite, celui qui a créé le journal ne l’a pas créé en tant que chômeur. Il a créé le journal après beaucoup d’années d’expérience dans un autre journal, L’Indépendant. C’est pourquoi, aujourd’hui, 22 Septembre est d’une qualité rare.

C’est un journal d’investigation, parce qu’il ne dit rien au hasard et qu’en plus les mots sont bien pesés. Et puis la ligne du journal, c’est l’orthodoxie même de la presse. Elle respecte la déontologie de la presse. Ce qui fait que je l’achète à chaque fois, parce que ses titres sont évocateurs de notre actualité. Et qu’il donne toujours son point de vue. C’est ce qui fait que tous les dimanches, lors des débats sur Africable, nous suivons et nous apprécions bien les points de vue du Directeur de publication.

Je pense que vous pouvez continuer dans ce sens et vous améliorer davantage. Je crois que le nombre de pages peut être augmenté. Je vous souhaite bon vent et, au-delà, si nous avons des articles à faire passer, nous n’hésiterons pas à choisir 22 Septembre. Il est aussi sur Internet et cela permet aux Maliens de bien s’informer.

El Hadj Baba Haïdara dit Sandy, 5ème Vice-président de l’AN : «Vivement un 22 Septembre quotidien»

Je lis avec beaucoup de plaisir 22 Septembre. Franchement, je me sens personnellement à l’aise. Question de personnes, de vision politique et d’analyse. Mais j’aurais souhaité que pour la vision, l’analyse et l’environnement politique du Mali, les analyses soient faites au quotidien, en fonction des évènements.

Je souhaite que 22 Septembre ait les moyens de dépasser les deux parutions par semaine et devienne quotidien, pour ses critiques assez salutaires qui peuvent orienter les hommes. Je sais que les critiques de 22 Septembre sont, des fois, dures, même cruelles, mais c’est la vérité. Mieux vaut la dire à temps pour permettre aux décideurs de réagir. Donc, pour cela, si ce sont des questions de moyens, je souhaite que 22 Septembre ait les moyens de devenir un quotidien, au bénéfice de tout le peuple malien. Je vous souhaite bon vent, continuité et réussite.

Harouna Bouaré, Président des revendeurs de Journaux : «22 Septembre a convaincu les lecteurs»

Je vous souhaite un joyeux anniversaire. 22 Septembre, depuis sa création, se porte bien. C’est un journal qui a su s’imposer et qui est parvenu à convaincre les lecteurs. Sur le marché, c’est un journal qui se vend bien aussi. Pour nous, revendeurs, la crédibilité d’un journal, c’est sa régularité dans les kiosques. A la longue, je souhaiterais que votre journal évolue vers le quotidien.

Même si, depuis sa création, le journal est vraiment régulier dans les kiosques avec son statut de bihebdomadaire. Mais, compte tenu de la demande, je crois qu’il faut aller vers ça si possible. Compte tenu de cette même demande, je souhaite aussi que vous augmentiez votre tirage.

Mahamane Touré, Tombouctou : «Vous dénoncez ce qui ne va pas»

J’achète de temps en temps le journal 22 Septembre. On vous souhaite une très bonne fête et une très bonne continuation, surtout pour l’éveil des consciences des populations. Car aujourd’hui la population a soif d’informations saines, d’informations claires et précises.

Surtout que maintenant nous sommes dans une crise. Nous vous demandons de ne pas hésiter à nous donner votre point de vue sur les thèmes d’actualités. Puisque c’est de cela aussi qu’il s’agit. Les animateurs du journal nous donnent d’amples informations.

Dans la plupart des cas, ce sont des informations qui sont bien traitées, des informations qui nous édifient sur ce qui se passe dans notre pays. Vraiment, nous vous souhaitons de continuer sur cette lancée, pour dénoncer tout ce qui ne va pas.

Mamadou Kida, Président d’honneur des revendeurs de journaux
: «Cherchez toujours à vous améliorer»

En ma qualité de revendeur de journaux, je profite de l’opportunité qui m’est offerte pour vous souhaiter un joyeux anniversaire. Nous sommes très contents du journal. En temps que revendeur et surtout accompagnateur, les critiques ne devraient pas venir de moi.

Donc, tous mes encouragements. C’est vrai que le contenu du journal n’est pas mal, mais pour gagner toujours et rester devant les autres, on doit toujours chercher à s’améliorer. Donc, au niveau de votre journal, vous devez vous atteler à cette tâche si vous voulez garder votre place sur le marché. Bon vent à 22 Septembre. Que Dieu vous bénisse.

Abdramane Diallo, juriste : «L’un des 5 meilleurs organes du paysage médiatique»

Pour cet anniversaire, j’adresse mes vœux de succès et de continuité au journal 22 Septembre dans sa mission de diffusion de la bonne information aux Maliens. Je pense que 22 Septembre est parmi les 5 meilleurs organes du paysage médiatique de notre pays.

La ligne éditoriale de votre journal est vraiment tranchante et vous traitez sans complaisance les faits et l’actualité de notre pays. Sans verser dans les louanges, les journalistes du 22 Septembre sont sérieux. On le sent dans votre travail, à commencer par le Directeur Chahana lui-même. Mais il est souvent trop passionné, même si, il faut le reconnaitre encore, ses lectures sont justes et sans complaisance.

C’est aussi le cas des journaliste-reporters qui relatent toujours sans en perdre une miette les actualités qu’ils couvrent. Le sérieux d’un journal se mesure non seulement dans sa capacité à faire un compte-rendu fidèle, mais aussi dans sa capacité d’analyser sans complaisance et sans parti pris l’actualité, pour la rendre facilement compréhensible aux lecteurs. Et je peux dire sans me tromper que 22 Septembre est ce genre de journal. Joyeux anniversaire et bonne continuation.

Adama Sawadogo, Agent du ministère de l’Administration Territoriale
: «22 Septembre s’est vite imposé»

Trois ans pour la vie d’un journal, à mon humble avis, c’est peu. Le mérite du journal 22 septembre c’est qu’il s’est très vite imposé sur l’échiquier national comme l’un des meilleurs journaux de la place. Seulement, et ceci concerne d’ailleurs tous les journaux de la place, 22 Septembre doit faire beaucoup de recherches afin d’informer de façon objective ses lecteurs.

L’homme a toujours besoin d’informations bien traitées pour assouvir sa curiosité. Aussi avons-nous besoin de lire dans 22 septembre des nouvelles fraîches et crédibles. Cependant le journal a cette particularité de décrire les évènements tels qu’ils se réalisent dans les faits et dans le temps, ce qui est déjà un très grand atout.

Je souhaite bon courage à tous les journalistes de 22 Septembre, car la quête des informations n’est pas chose aisée, surtout en cette période de crise que traverse le Mali. Bon vent à 22 septembre.

Dr Atimé Djimdé, Toxicologue : «Plus d’analyses et d’investigations»
Je souhaite un très joyeux anniversaire au journal 22 Septembre. Un journal qui est, à mon avis, parmi les rares journaux du Mali qui se démarquent, par sa neutralité dans le traitement des informations. Ce que je demande aux journalistes de 22 Septembre, c’est de faire d’avantage d’analyses, d’enquêtes et d’investigations. Ce qui manque cruellement dans ce journal, ce sont les informations régionales. Il est à reconnaître qu’en trois ans de vie 22 Septembre a beaucoup évolué. J’exhorte donc le journal à toujours garder sa neutralité et je ne peux que souhaiter bonne continuation à 22 Septembre.

Propos recueillis par Pierre Fo’o Medjo, Youssouf Diallo et Yaya Samaké

16 Juillet 2012