Partager

Le parquet rwandais a requis mercredi 22 ans de prison contre Diane Rwigara, opposante et critique du président Paul Kagame accusée d’incitation à l’insurrection et de falsification de documents, des charges qu’elle conteste vigoureusement. Diane Rwigara, 37 ans, avait tenté de participer à l’élection présidentielle de 2017 contre le président Kagame mais sa candidature avait été invalidée par la commission électorale arguant de signatures selon elle falsifiées dans son dossier. « Nous requérons que Diane Rwigara soit emprisonnée 15 ans pour incitation à l’insurrection et sept ans pour falsification de documents », a déclaré un représentant de l’accusation. Depuis son arrestation, Diane Rwigara dénonce des poursuites montées selon elle de toutes pièces par le régime pour la réduire au silence. « Si vous osez critiquer le gouvernement, voilà ce qui arrive: vous vous faites arrêter, emprisonner ou vous perdez la vie. Je m’attendais à une forme de riposte », avait-elle déclaré lors d’un entretien à l’AFP en fin de semaine dernière. Le parquet a également demandé 22 ans de réclusion contre sa mère, Adeline Rwigara, « pour incitation à l’insurrection et promotion du sectarisme », dans un pays encore hanté par le génocide de 1994, qui fit plus de 800.000 morts essentiellement parmi la minorité tutsi. Diane Rwigara, sa mère et sa soeur Anne, avaient été arrêtées et emprisonnées en septembre 2017. Diane et sa mère ont été remises en liberté sous caution début octobre….AFP