Partager

L’Afrique du Sud a annoncé mercredi avoir détecté les deux premiers cas suspects de grippe porcine du continent africain qui, de l’Egypte au Mozambique, renforçait sa surveillance sanitaire. « Il y a deux cas, mais ils ne sont pas confirmés« , a déclaré le porte-parole du ministère sud-africain de la Santé, Fidel Hadeba, précisant qu’il s’agissait de personnes ayant voyagé récemment au Mexique. L’épidémie de grippe porcine a commencé dans ce pays, où sept décès ont été confirmés et près de 160 morts restent suspectes. Elle s’est ensuite propagée à travers le monde, avec un enfant décédé aux Etats-Unis et des cas confirmés en Europe, Israël et Nouvelle-Zélande. Sur le reste du continent, de nombreux pays ont adopté des mesures similaires, voire plus drastiques. La plus radicale a été annoncée mercredi à l’autre extrémité de l’Afrique par l’Egypte, qui va commencer immédiatement à égorger les 250.000 cochons du pays, « en faisant tourner les abattoirs au maximum », a déclaré le ministre de la Santé. Seule la minorité chrétienne mange du porc en Egypte, premier pays au monde à prendre une telle mesure. Le Gabon a suspendu toutes importations de porcs vivants et de viande porcine. (Afp)