Partager

Les différents concours des maladies gastriques en vue

Le Secrétaire Général du ministère de la Santé Lanseni Konaté a présidé la cérémonie d’ouverture des 1ères journées de la Société Malienne des Maladies de l’Appareil Digestif (SOMMAD) qui se sont déroulées les 20 et 21 juin au Centre International de Conférences de Bamako.

Au cours de ces deux jours, les spécialistes ont évoqué les différents paramètres de l’appareil digestif.

Les Objectifs de la SOMMAD

Le président de la SOMMAD, le Pr. Moussa Y. Maïga, dans son allocution, a expliqué que la prise en charge des maladies digestives nécessite une solidarité entre les spécialistes de la discipline mais également une collaboration pluridisciplinaire. C’est dans cette perspective qu’une association dénommée la SOMMAD fut créée.

A sa création, la SOMMAD s’était assignée entre autres objectifs de rassembler les professionnels des maladies de l’appareil digestif, promouvoir la recherche et les méthodes diagnostiques et thérapeutiques dans le domaine des maladies digestives, de favoriser l’enseignement et l’organisation de journées scientifiques et de séminaires de formation médicale continue.

La pertinente des thèmes

Selon le Pr. Maïga, les thèmes ont été choisis en raison de leur pertinence. En effet, les maladies gastriques sont fréquemment rencontrées dans la pratique quotidienne des médecins. Une meilleure connaissance sur la prise en charge de ces affections est donc fondamentale.

Par ailleurs, au cours de ces premières journées, des communications libres viendront enrichir les débats sur beaucoup de pathologies qui constituent des problèmes de santé publique, a ajouté le président. Le niveau des débats a été réhaussé par la présence du Pr. Dhumeaux Daniel, du Pr. Paul Cales et du Pr. Bénoît Camara tous venus de l’étranger.


La création de la SOMMAD, une aubaine

Le Secrétaire Général du ministère de la Santé, Lanseni Konaté, a expliqué que compte tenu de la fréquence des maladies gastriques dans la population, il est heureux de constater la création d’une société savante dédiée à la réflexion pour la lutte contre les maladies de l’appareil digestif.

Ainsi, les thèmes des présentes journées, centrées sur les maladies chroniques du foie et le reflux gastro-oesophagien, sont des questions selon le Secrétaire Général qui méritent qu’on s’y arrête un moment. En effet, les études ont montré que 9 à 16% de la popuilation générale du Mali sont porteurs chroniques du virus de l’hépatite B et que 20% souffrent des maladies gastriques.

Les complications qui en découlent, notamment celles de l’hépatite virale B sont lourdes de conséquences. Il s’agit entre autres de la cirrhose (qui est une type de maladie du foie due à l’alcoolisme), voire du cancer du foie, survenant très souvent chez des sujets dans la fleur de l’âge.

Le Secrétaire Général a poursuivi en disant: “nous sommes particulièrement interpellés par la situation qui prévaut pour l’hépatite B, maladie transmissible susceptible de provoquer des épidémies”.


Les axes à développer

S’agissant des axes à prospecter, M. Konaté a évoqué entre autres : la surveillance épidémilogique, le renforcement des laboratoires, la prise en charge des maladies, l’hygiène et la vaccination selon le cas, la mobilisation sociale, les études et recherches et la coopération internationale.

La SOMMAD devrait aider aux bonnes pratiques professionelles qui devraient permettre de protéger les prestataires et les utilisateurs. Le gouvernement du Mali, à en croire M. Konaté, a placé la prévention au centre de ses préoccupations en introduisant la vaccination contre le virus de l’hépatite B dans le Programme Elargi de Vaccination.

Le Pr. Dhumeaux Danuel, président du comité scientifique de ces premières journées scientifiques de la SOMMAD a venté la tolérance et le dialogue des cultures qui sont sagemment gardés dans notre pays.


Mamoutou DIALLO

(Stagiaire)

24 Juin 2008