Partager

La Cour d’assises de Bamako a procédé, hier jeudi 28 février, à l’ouverture solennelle de sa première session ordinaire de l’année 2008, dans les locaux de la Cour d’appel sise à Banankabougou, en commune VI. Cette cérémonie était présidée par le Secrétaire général du Ministre de la Justice Garde des Sceaux, Badou Traoré, en présence du président de la Cour d’appel, Abdoulaye Issoufi Touré et de nombreux membres de la famille judiciaire.

La première session ordinaire de l’année 2008 de la Cour d’assises se tiendra du 28 février au 19 mars. Au rôle sont inscrites 63 affaires criminelles, concernant 120 accusés poursuivis pour les infractions suivantes : deux cas de pédophilie, douze cas de viol, un cas de tentative de viol, deux cas d’attentat à la pudeur, quatre cas d’assassinat, deux cas de tentative d’assassinat, six cas de coups mortels, trois cas de meurtre, treize cas d’association de malfaiteurs et vol qualifié, deux cas d’infanticide, trois cas d’atteinte aux biens publics, deux cas de faux et usage de faux, un cas de trafic d’enfant et un cas d’incendie volontaire.

Cette session arrive au moment où la justice malienne a librement adopté une charte des valeurs en vue d’imprimer une nouvelle dynamique dans la distribution de la justice, notamment en privilégiant la vigilance, la diligence et la transparence à tous les stades de la procédure afin de promouvoir la restauration de l’autorité de l’Etat dans le cadre du renouveau de l’action publique initié par le gouvernement de la République.

Le procureur général, Mahamadou Boiré, dans son intervention a déclaré que la politique criminelle du Parquet a pour but essentiel le maintien de l’ordre public et des bonnes mœurs dans le strict respect des droits de l’homme et de la défense, des libertés fondamentales, de la présomption d’innocence et d’une justice équitable. «C’est dire que nous veillons à ce que justice soit rendue dans les cas déférés devant nous dans un délai raisonnable. C’est pourquoi, en ce qui concerne le ministère public, il a été instruit de persévérer dans la lutte contre l’insécurité» a-t-il ajouté.

Persévérer dans la lutte contre l’insécurité

Le procureur général a également affirmé que l’insécurité est présente dans la cité comme en atteste le nombre élevé des crimes d’associations de malfaiteurs, de vols qualifiés, de viols, de pédophilies et de coups mortels.

Selon lui, toutes ces infractions sont le plus souvent commises sous l’emprise de la drogue et autres psychotropes nocifs à la santé. Aussi estime t-il que la lutte contre l’insécurité passera par la lutte contre la drogue. Et, il a rappelé que les audiences extraordinaires qui se tiennent ces temps-ci dans les tribunaux de première instance de Bamako et de Kati doivent continuer afin de désengorger les Maisons d’Arrêts.

Adoption d’une charte des valeurs judiciaires

Quant au représentant du Bâtonnier, Me Arandane Touré, il a indiqué que le volume du rôle et la diversité des affaires inscrites à cette session des assises révèlent un effort indéniable dans l’accomplissement du devoir de célérité qui doit caractériser le procès-verbal. Et le Barreau ne peut que s’en réjouir.

Il a aussi salué la récente initiative du ministère de la Justice qui a abouti à l’adoption d’une charte des valeurs judiciaires. «Cette charte traduit, sans doute, la volonté politique de restaurer les vertus de transparence, de loyauté et d’équité nécessaires au rétablissement de la confiance des citoyens et des investisseurs» a-t-il souligné.

Pour sa part, le président de la Cour d’appel, Abdoulaye Issoufi Touré, a remercié les avocats, les assesseurs et tout le personnel de la justice pour leurs apports inestimables à la réussite des présentes assises. Et a souligné que le droit sera dit pour que la justice retrouve tout son sens au Mali.

Bandiougou DIABATE(Stagiaires)

29 Février 2008.