Partager


L’évènement de cette fin de semaine a été consacré à le tenue de la 1ère édition du Salon International du Tourisme (SITOUR) à Bamako, du 17 au 19 Octobre 2008. Si bien que le vendredi 17 Octobre, les festivités du Salon ont été aussi variées en sons et couleurs que riches par la présence des plus hautes autorités du pays.

En effet, sous la houlette du Premier ministre et Chef du gouvernement Modibo Sidibé, la cérémonie d’ouverture a enregistré la présence, entre autres, des ministres de l’Artisanat et du Tourisme, M. NDiaye Bah, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, M. Ibrahima NDiaye, de la Jeunesse et des Sports, M. Hamane Niang, de la Culture, M. Mohamed El Moctar, de la Communication et des Nouvelles Technologies, Mme Diarra Mariam Flantié Diallo, ainsi que des représentants des institutions de la république, dont le président de l’Assemblée nationale, M. Dioncounda Traoré, et le président du Haut Conseil des Collectivités Terrotoriales (HCCT), M. Oumarou Ag Mohamed Haïdara.

Des propos du discours d’ouverture du Chef du département de l’Artisanat et du Tourisme, il ressort que pour la cause de cette première édition du SITOUR, tous les acteurs touristiques maliens ont été mobilisés.

S’il y a aujourd’hui un secteur économique et culturel qui, ces dernières années, a enregistré une fulgurante avancée, c’est bien celui de l’Artisanat et du Tourisme. Cette performance exponentielle -puisqu’elle s’améliore d’année en année- s’explique par plusieurs facteurs.

D’abord, l’implication active de l’Etat qui, depuis 2002, n’a cessé de déployer des efforts dans le domaine de la Culture malienne en général, et de l’Artisanat et du Tourisme en particulier. Toute chose qui a largement contribué à promouvoir, faire connaître, bref, à “vendre” les potentialités culturelles maliennes à travers le monde.

Ensuite, depuis quelques années, des salons touristiques sont initiés par le département de tutelle à l’étranger, notamment en France. Ce qui a permis à bien des investisseurs étrangers d’être édifiés, voire séduits par le marché malien du tourisme. Aussi, l’arrivée récente (au cours de la semaine passée) d’investisseurs de toutes nationalités dans le domaine paraît être la résultante des efforts continus du ministère de l’Artisanat et du Tourisme.

Enfin, c’est grâce à cette implication du département que beaucoup de produits d’acteurs évoluant dans le secteur (les artisans en particulier) ont pu être connus et promus à l’étranger. Ce qui leur a permis de tisser des relations d’affaires et d’engranger des revenus et autres ressources. Toute chose qui constitue, d’autre part, des sources de dévises et d’apports économiques pour le pays.

Le moins que l’on puisse remarquer, c’est que de nos jours, le Tourisme malien est l’un des plus enviés de la sous-région, sinon de l’Afrique. C’est constater également que depuis l’élection d’ATT à la magistrature suprême du pays, le maintien de NDiaye Bah à la tête du département ne semble pas étranger auxdites performances enregistrées dans le domaine. Comme pour signifier qu’on ne change pas ceux qui gagnent…

De 2006 à 2007, les visiteurs touristiques avaient passé de 96 000 à plus de 250 000. Depuis lors, ces chiffres n’ont cessé d’enregistrer des progrès. Ainsi, cette année, le secteur emploie plus de 20 000 personnes. Le nombre de visiteurs a depuis franchi le cap de 250 000. Si bien qu’en plus de 1 500 visiteurs attendus cette année, le tourisme malien occupe 11% de nos exportations.

Ce qui explique peut-être que pour la cause de cette 1ère édition du SITOUR, plus de 200 millions de FCFA ont été investis. “Nous nous engageons, dans les cinq ans à venir, à faire du Tourisme l’un des premiers vecteurs de l’économie malienne“, a promis le ministre Ndiaye Bah. Une promesse renforcée par le fait que le Tourisme est aujourd’hui le 3è produit d’exportation, après le coton et l’or.

Cette performance fait du Mali l’une des destinations les plus prisées de l’Afrique de l’Ouest. D’où la présence remarquée, lors de ce Salon, d’acteurs touristiques étrangers, notamment ceux des pays voisins tels que la Guinée, la Mauritanie… Une occasion, pour le ministre NDiaye Bah, d’adresser ses remerciements aux autorités maliennes, aux acteurs touristiqques, à la Commission de l’UEMOA…

Quant au Premier ministre Modibo Sidibé, il a souligné un aspect important du SITOUR. “Ce qui est important pour nous, gouvernemnt, c’est que les populations se sont appropriées l’évènement“, a-t-il constaté, avant d’ajouter : “De cet évènement, nous attendons un objecfit de 7% de croissance“. Une attente qui répond à celle du Chef de l’Etat : “Il faut que nous développions l’industrie touristique“.

Oumar DIAWARA

20 Octobre 2008