Partager

En prélude au premier Salon international de l’emploi et de la formation (SIEFOR) qui débute au Centre international de conférences de Bamako (CICB) aujourd’hui et ce, jusqu’au vendredi 25 mai, l’organisatrice de cet événement, Mme Bello Rokiatou Touré, a tenu une conférence de presse hier à Badalabougou au siège de l’Institut de management et de technologie (IMATEC) et du cabinet de placement, de formation et de conseils (AFIP) qu’elle dirige. C’était pour édifier les journalistes sur les objectifs du SIEFOR qui se résument à la lutte contre le chômage. Pour l’organisatrice, «il faut que les jeunes prennent des initiatives pour créer leurs propres entreprises au lieu de vouloir vaille que vaille être des salariés dans d’autres entreprises».

Le 1er Salon international de l’emploi et de la formation (SIEFOR), selon sa promotrice, Mme Bello Rokiatou Touré, qui était accompagnée de son chargé de communication, Abba Singoro Touré, est un projet en gestation depuis trois ans mais, puisque l’effort paie toujours, ce forum a enfin lieu. Il a pour principal objectif – et c’est ce qui fait son originalité par rapport aux autres salons comme « Mali Talents » qui ne fait que du recrutement -, de «réunir sous le même toit l’orientation, la formation, le recrutement et la promotion des jeunes entreprises». Plus spécifiquement, ce forum vise «la promotion des écoles maliennes – surtout les écoles privées -, des PME-PMI et de toutes les entreprises qui veulent communiquer avec la jeunesse, ainsi que le recrutement des jeunes demandeurs d’emploi, l’information sur les filières de formation et les créneaux porteurs, l’orientation vers les centres de formation et sur les opportunités d’emploi».

Le SIEFOR comprend quatre espaces. Dont le premier est dédié à la formation: établissements d’enseignement supérieur, technique et professionnel de la sous région y participent. C’est le cas de deux institutions de formation implantées au Sénégal dont le Centre africain d’études supérieures en gestion (CESAG). C’est d’ailleurs ce qui lui donne tout son caractère international.

Le deuxième est un espace Emploi dédié aux cabinets de recrutement et aux demandeurs d’emploi. Le troisième est l’espace Conférences-débats. A ce titre, sont au programme trois thèmes intitulés « Adéquation formation-emploi: les créneaux porteurs et la carte solaire« , « Les nouvelles technologies de l’information » et « Management des ressources humaines dans les entreprises maliennes ». De plus, ce genre de rencontres étant surtout réservé aux jeunes, il y aura un débat sur le sida. Quant au quatrième espace, il est dédié aux PME-PMI.

Le SIEFOR sera placé sous la présidence de Mme Bâ Hawa Keïta, ministre de l’emploi et de la Formation professionnelle. Avec la participation des structures de ce département: l’Agence pour l’emploi des jeunes (APEJ), l’Agence nationale de promotion de l’emploi (ANPE), le Fonds auto-renouvelable pour l’emploi (FARE), le Fonds d’appui à la formation professionnelle et à l’apprentissage (FAFPA), etc. Y participeront également le Conseil national du patronat du Mali (CNPM) et l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).

Au programme du 1er SIEFOR, sont également prévus les discours d’ouverture et de clôture de Mme Bâ Hawa Keïta, une visite guidée des stands d’exposition et une soirée de gala. On le voit: l’objectif du premier Salon international de l’emploi et de la formation (SIEFOR) est de contribuer à la réduction du chômage au Mali en facilitant l’interpénétration des acteurs du marché de l’emploi et de la formation dans la sous région. Une initiative louable quels que soient les résultats attendus.

Zoubeirou MAIGA

23 mai 2007.