Partager

Sous les notes de la fanfare, représentants des 13 syndicats nationaux de l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM), munis de banderoles proclamant l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail, ont pris part au défilé.

Dans son intervention, rappel a été fait par Chaka Diakité, secrétaire général de l’Untm, que l’année dernière, l’Untm avait attiré l’attention du gouvernement ainsi que du Conseil national du patronat du Mali, sur ses préoccupations majeures sous forme de cahier de doléances.

L’Untm, afin de faire aboutir ces doléances en quatorze points, avait eu recours à la grève, a indiqué Mr Diakité.

Le secrétaire général de l’Untm, s’est félicité des résultats encourageants obtenus à la suite de difficiles négociations entre son syndicat et le gouvernement. Ces résultats concernent : la relecture de la grille indiciaire des catégorie B1 et B2, la révision de la valeur du point d’indice qui passe de 292,5 à 300 Fcfa.

Pour Mr Diakité, l’Untm, par la revendication de la revalorisation des salaires, cherchait à faire respecter les critères de convergence de l’UEMOA.

Récentes discussions avec le patronat autour de la relecture des conventions collectives, ont été jugées porteuses d’espoir par le chef de l’Untm.

Par rapport aux revendications relatives à la réunification des services du travail, aux avancements de certaines catégories de fonctionnaires, à l’excessivité des prix de l’énergie, de l’eau, du téléphone, des produits pharmaceutiques et des denrées de première nécessité, aux mesures de prévention en matière de sécurité routière, au paiement des droits des travailleurs compressés, …, Mr Diakité s’est dit optimiste.

Pour le secrétaire général de l’Untm, la construction d’un syndicalisme de renouveau, actif, adapté à la nature du terrain et capable de faire face aux enjeux du siècle dominés par une mondialisation effrénée, un instinct prononcé pour l’appétit du gain, s’avère nécessaire.

Le secrétaire général de l’Untm, a, comme de coutume, profité de la célébration du 1er mai, pour soumettre à l’état malien onze nouvelles doléances :

1. Relancer les sociétés d’Etat dissoutes en partenariat avec l’Etat et les opérateurs économiques ;

2. Revoir les politiques d’ajustement structurel (par les Maliens et pour les Maliens) ;

3. Renforcer le mandat des responsables syndicaux en les protégeant contre certains abus ;

4. Renforcer la protection sociale de l’ensemble des travailleurs ;

5. Revoir la contractualisation des emplois dans la Fonction publique d’Etat et revoir l’équilibre des grilles par catégorie ;

6. Octroyer des indemnités aux catégories de personnel qui n’en n’ont pas ;

7. Revoir les conditions de privatisation de la CMDT ;

8. Elire les Syndicats au financement public ;

9. La diminution de l’ITS (Impôt sur les traitements et salaires) ;

10. L’augmentation du taux des allocations familiales ;

11. Octroi d’indemnité de départ à la retraite pour les fonctionnaires.

La célébration du 1er mai dénote de la vitalité du monde syndical malien, a indiqué Badi Ould Ganfoud, ministre de la fonction publique, de la réforme de l’état et des relations avec les institutions.

Volonté des pouvoirs publics, de rester à l’écoute de l’Untm pour la suite des négociations au profit de l’ensemble des travailleurs de notre pays, a été réaffirmé par le ministre Ganfoud.

02 mai 2006.