Partager

Les assises du premier congrès ordinaire du Rassemblement pour le développement et la solidarité (RDS), des 22 et 23 mars étaient placées sous le signe « paix et développement ». Des préoccupations majeures du parti.

Le 1er congrès ordinaire du RDS s’est tenu dans un contexte très difficile pour le pays eu égard à la rébellion qui perdure dans le Nord ainsi que la montée vertigineuse des prix des denrées de première nécessité, toutes choses qui compromettent sérieusement le développement harmonieux du Mali et l’épanouissement du Malien.

Le congrès placé sous le signe de « la paix et le développement », n’a pas passé sous silence ces problèmes sociaux tout comme la crise scolaire, le manque de débat démocratique etc. Les autorités ont été invitées à faire valoir toujours la négociation dans le règlement de la crise au nord.

Ouvrant les travaux, Younouss Hamèye Dicko, le président du parti s’est réjouit tout de même que le pays se soit engagé dans une politique de construction de logements, de routes, d’accès à l’eau et dans une politique agricole comme base de développement économique et d’industrialisation.

Pour le président du RDS, ces efforts ne doivent pas faire perdre de vue que le pays reste confronté à d’énormes difficultés qui sont les conditions difficiles de vie, la poussée fiévreuse des prix des denrées de première nécessité (céréales, sucre lait, viande, huile etc.). « Le RDS reste vigilant et conscient de ces problèmes », à en croire son président, qui a estimé que seul le débat démocratique demeure la soupape de sécurité et d’enrichissement cognitif du terreau politique.

Au cours des travaux, les délégués venus de toutes les sections ont procédé à la relecture du règlement et statuts du parti, à l’examen du rapport d’activité du bureau sortant. Aux termes des travaux, d’importantes résolutions ont été élaborées par les congressistes. Il s’agit dans le court terme d’avoir un grand nombre d’élus aux élections communales de 2009 et dans le long terme réaliser son rêve, celui de diriger le pays.


Denis Koné

27 mars 2008.