Partager


Le Parti Rassemblement pour le Développement et la Solidarité (RDS) a tenu son premier congrès ordinaire du 22 au 23 mars 2008 au Centre Islamique d’Hamdallaye. Il était placé sous le signe de <>. A ce congrès, on a remarqué la présence massive des militants et sympathisants du parti. La cérémonie d’ouverture était présidée par le président du parti, M. Younouss Hamèye Dicko, assisté par les membres du bureau exécutif dudit parti.

On notait également la présence des représentants de plusieurs partis politiques : ADEMA, PRDT, PARENA, MJT, CNID, BARIKA, PDP, BARA, PARI, MJD, FDM, Parti Ecologique, URDR, UFDP, URD, RPM, BDIA, US-RDA, RJP, UNPR, UDD, et du corps diplomatique.

LA SATISFACTION DE YOUNOUSS HAMEYE DICKO

Dans son discours d’ouverture, le président du parti se dit heureux d’une présence massive de militants et de sections. Malgré cela, il a exprimé son amertume du fait que son parti n’ait bénéficié que d’une bien modeste assistance en lieu et place d’un financement normal. C’est comme pour dire qu’un parti doit être seulement crée pour bénéficier les fonds de l’Etat.

Par ailleurs, le président Younouss Hamèye Dicko s’est réjoui d’une réelle paix sociale et de la sécurité au sein du pays, chose d’ailleurs enviées par les autres pays du continent.

Par rapport à la tension au nord du pays, le président du RDS a privilégié le choix de la paix et de la négociation pour résoudre les conflits sociaux et même en matière de rébellion armée.

L’ENGAGEMENT DU RDS

Le RDS, s’aligne derrière le pays dans son combat de politique agricole comme base de développement économique et d’industrialisation, dans sa politique de santé plus avantageuse pour les Maliens. Il a qualifié le Mali de pays qui se construit un avenir crédible.

Il a réitéré leur appartenance à l’ADP et au Mouvement Volontariste pour le Développement (MVD). En outre le RDS, à travers son président, reste très vigilant et conscient quant aux conditions de vie difficile, à l’inflation des prix des denrées de première nécessité, et au prix du carburant. Sans oublier, l’expansion de la méningite avec déjà 8,7% de décès et 392 personnes atteintes.

LES CONSTATS DU RDS

Le parti RDS constate qu’”il n’y a plus de vrais débats démocratiques, plus d’interviews d’hommes politiques dans la presse”. Il qualifie les journalistes d’être trop imaginaires. Pourtant, ce que ce parti oublie, c’est que les hommes de presse ne font que redresser les partis politiques qui aujourd’hui ont démissionné de leur rôle de faiseur de démocratie.

Aujourd’hui, et ce depuis quelques années, on déplore qu’il y a peu de propositions de solutions aux problèmes posés à la nation et à la démocratie de la part des partis politiques. C’est sans doute cela qui explique en partie le déficit de débat démocratique.

Le parti accuse également la Cour des Comptes d’être un mauvais professeur pour ses étudiants qui sont les partis politiques. Pour lui, il y a lieu que la Cour des Compte soit mieux adaptée, qu’elle ait plus de pédagogie pour éviter d’axphyxier les partis.

En se prononçant sur le problème scolaire et universitaire, le RDS s’engage et invite les autorités de l’Etat à assurer la relève des étudiants formés dans les années 1970-80.

PAIX ET DEVELOPPEMENT

Les membres du parti, pour réaliser le développement souhaité, entendent désormais s’investir pour conquérir de nombreux élus aux élections communales de 2007.

Pour terminer son discours, le président du RDS a manifesté son indignation face aux crimes perpétrés par l’Etat d’Israël contre le peuple palestinien. Aussi, il s’est félicité du climat apaisé qui prévaut aujourd’hui en Côte d’Ivoire.

LES FELICITATIONS AU RDS

Pratiquement les représentants de tous les partis politiques ont félicité le RDS pour la tenue de son 1er congrès. Néanmoins, ils n’ont pas manqué de déplorer devant tous l’absence de volonté des partis politiques au Mali à travailler pour la consolidation de notre démocratie.

Ce fut le cas de PPR du PARENA et du Colonel Youssouf Traoré de l’UFDP, qui ont regretté que les partis politiques aient démissionné et qu’ils devaient se ressaisir et s’assumer pour le bien-être dans ce pays.

D’où la nécessité d’ouvrir un espace démocratique, de mener une vraie réflexion de rassemblement pour faire face aux défis du développement de notre pays.

Le deuxième jour du congrès, il a été procédé à la relecture du règlement intérieur du parti et au renouvellement du bureau avec toujours à sa tête le professeur Younouss Hamèye Dicko.

Soulignons qu’il y a eu l’augmentation du nombre de ses membres.

Hady BARRY

27 mars 2008.