Partager

La semaine dernière, à l’ex Centre régional de l’énergie solaire, une rencontre réunissant près d’une trentaine de directeurs nationaux, chefs de projet et cadres du département des Mines, de l’Énergie et de l’Eau a eu lieu sous la présidence du conseiller technique dudit département, Mohamed Keïta.

Plancher sur l’exécution des projets et programmes du département, représentait le principal objectif de cette réunion.

Pour Mohamed Kéïta, la revue sectorielle des projets et programmes qui consiste à analyser et critiquer les acquis et les faiblesses des projets/programmes des trois secteurs pris en charge par le département, reste un exercice passionnant et enrichissant, qui au fil des ans, confirme sa vocation d’outil nécessaire d’orientation, de suivi et d’évaluation de leurs activités.

L’évaluation sommaire effectuée par la cellule de planification et de statistique a révélé un taux de décaissement de 69,5 % environ, aussi, appartient-il dès lors, à la présente session, d’apporter les ajustements nécessaires, a estimé Mr Kéïta.

En effet, projets et programmes d’investissement public déjà exécutés ont permis d’aboutir à des résultats tangibles dans les trois secteurs couverts par le département, comme la découverte et la mise en exploitation de plusieurs mines d’or.

La production industrielle totale d’or est passée de 49,12 tonnes en 2005 à 58,382 tonnes en 2006, soit un accroissement de 18,86 %, a révélé Mr Kéïta.

Dans le secteur de l’eau, le taux d’accès à l’eau potable au niveau national qui était de 66,1 % en 2005, s’est nettement amélioré en 2006.

En énergie, le taux de desserte en électricité qui était de 15,04 % en 2005, va bientôt prendre son envol avec l’entrée effective en activité de projets, tels que le projet d’énergie domestique et d’accès aux services de base en milieu rural (PEDASB), a révélé un responsable du département.

Malgré, les importants acquis enregistrés, besoins restent insatisfaits et la mobilisation des fonds qui est de 43,9 % reste faible et demeure toujours une préoccupation essentielle du département, a déploré Mr Keïta.

Durant les deux jours, les participants ont planché sur 55 projets- parmi lesquels 17 vont démarrer cette année-, identifié les projets à problèmes pour résoudre ces derniers à temps, et révisé l’ensemble des décaissements pour déceler les omissions et les minorations.
Les 55 projets et programmes sont d’un montant de 194,71 milliards Fcfa dont 165,83 milliards Fcfa au titre du financement extérieur soit 85,16 % et, 28,88 milliards Fcfa au titre du financement interne, soit 14,84 %.

19 février 2007.