Partager

La mise en œuvre d’un nouvel instrument de voisinage et de coopération au développement se poursuit. Cela reflète la convergence de vues entre notre pays et l’UE.

La Journée de l’Europe marque l’anniversaire de la «Déclaration Schuman» du 9 mai 1950, texte fondateur de la construction européenne. Dans le cadre de la célébration de cette journée, la Délégation de l’Union européenne (UE) au Mali a organisé vendredi dernier une réception à la résidence de son ambassadeur à Badalabougou. Cette 74è journée de l’Europe a été l’occasion d’aborder plusieurs sujets d’importance devant un parterre d’invités comprenant notamment des cadres de l’administration, des représentants du corps diplomatique, des acteurs du secteur privé et de la culture.

D’entrée, le chef de la Délégation de l’UE au Mali, Pascal Perennec, confiera que c’est avec une émotion particulière qu’il s’exprime sur la fin du mandat de la Mission de formation militaire de l’Union européenne au Mali (EUTM). En 11 ans de présence au Mali, selon le diplomate européen, l’EUTM a épaulé les Forces armées maliennes ainsi que la Force conjointe du G5 Sahel. Toute chose ayant contribué, a-t-il attesté, à la lutte contre la menace terroriste, à soutenir la restauration du contrôle de l’État par l’amélioration des capacités des Forces de défense et de sécurité.  

Par ailleurs, face aux nombreux défis dans le monde, l’UE n’oublie pas l’Afrique. Le premier partenariat entre elle et l’Afrique a été établi en 2000 lors du Sommet au Caire en Égypte. Pascal Perennec a rappelé que la Déclaration conjointe du dernier Sommet entre les deux continents, qui s’est tenu à Bruxelles en février 2022, a souligné l’objectif commun de promouvoir le commerce et l’investissement en Afrique, contribuant ainsi au développement durable, à la croissance et à la création d’emplois. 

Le partenariat Mali-Union européenne, qui date de 1958, n’a pas été occulté. L’UE et tous ses États membres ont réaffirmé, cette année encore, leur souhait profond de rester engagés aux côtés du Mali. Et Pascal Perennec de formuler les vœux pour que pendant les 66 prochaines années le Mali et l’Union européenne poursuivent ensemble sur le chemin de la paix et la prospérité. Il a, par ailleurs, indiqué que son organisation milite pour une solution à deux États afin de rompre la spirale de la violence dans le conflit Israélo-palestinien.

Livrant le message du ministre des Affaires étrangers et de la Coopération internationale, Abdoulaye Diop, l’ambassadeur Gaoussou Cissé dira que cette circonstance est l’occasion de saluer les bonnes relations, anciennes et durables que le Mali entretient avec l’UE. À cet égard, il a souligné l’importance du dialogue politique qui se poursuit avec régularité et vigueur afin de renforcer nos liens et faire progresser les objectifs communs. La poursuite de la coopération au développement, y compris à travers le nouvel instrument de voisinage et de coopération au développement, reflète la convergence de vues entre le Mali et l’UE notamment sur les aspects essentiels, à savoir les domaines qui impactent les populations.

À ce titre, la définition conjointe, sur la base des attentes des besoins du Mali, des actions prévues cette année énonce la pertinence d’une approche concertée qui a permis de retenir des domaines prioritaires que sont le renforcement de la résilience économique et la croissance, la valorisation du système éducatif axée, entre autres, sur l’employabilité et la promotion de l’économie verte notamment celle des énergies renouvelables.

Le directeur Europe au ministère des Affaires étrangères a aussi noté la coopération dans le cadre de Eucap Sahel qui se poursuit avec détermination et confiance, renforçant ainsi «notre engagement commun en faveur de la sécurité des populations pour la restauration de l’autorité de l’État sur l’ensemble du territoire». Et de rappeler l’importance de l’unité et de la cohésion, notamment au niveau régional en vue de consolider la paix et la stabilité ainsi que le développement. Pour notre continent, cela nécessite un leadership africain, à l’abri de toute ingérence extérieure.

«Dans une dynamique similaire, renforcée par les liens de fraternité, de solidarité, de complémentarité et d’amitié sincère, le Mali, le Burkina et le Niger ont décidé de mutualiser leurs efforts dans le cadre de l’Alliance des États du Sahel qui, d’un mécanisme de défense collective, évolue vers un modèle d’intégration sous-régionale pour la prospérité des États concernés et le bonheur des populations de nos pays», a apprécié l’ambassadeur Gaoussou Cissé. Pour terminer, il a réaffirmé la disponibilité du Mali à poursuivre, voire renforcer ses relations de coopération avec tous ses partenaires dans le respect mutuel. La reception a été marquée par une parade de l’EUTM et l’execution des hymnes du Mali et de l’UE

Massa SIDIBE

Source: L’Essor