Partager

Homageamodibokeita.jpg
Le vendredi 16 mai, au cimetière d’Hamdallaye, le Président de la République, Amadou Toumani TOURE a procédé au dépôt de gerbe de fleurs sur la tombe de feu Modibo KEITA, premier Président de la République du Mali. La cérémonie s’est déroulée en présence du Premier ministre Modibo SIDIBE et plusieurs membres du Gouvernement. Elle marque le 31è anniversaire du décès du Premier président du Mali indépendant.

A cette occasion, le Président de la République a rappelé qu’il s’agit de consacrer à une tradition. Surtout, la cérémonie exprime un souvenir et une marque de reconnaissance pour ceux qui se sont battus pour l’indépendance du Mali.

Par ailleurs, pour le Président de la République, cette cérémonie est une manifestation de la sympathie à l’endroit de la famille de l’illustre disparu.

Modibo Keïta est né le 4 juin 1915 à Bamako-Coura, un quartier de Bamako. Fils de Daba et Hatouma (Fatoumata) Camara, Modibo après avoir fréquenté de 1925 à 1931 l’école primaire de Bamako, est entré en 1931 au lycée « Terrasson de Fougère » (actuel « lycée Askia Mohamed« ). En 1934, il poursuit ses études à l’école normale d’instituteurs, l’École William Ponty de Gorée à Dakar.

Il sort major de sa promotion et en 1936, il devient instituteur. Il enseignera à Bamako, Sikasso et Tombouctou.

Modibo, le politique

Très vite, Il adhère à plusieurs associations. Il fonda avec Mamadou Konaté, « l’Association des lettrés du Soudan » qui deviendra par la suite le « Foyer du Soudan« . Il s’investit dans les activités culturelles et anime le groupe «Art et Travail ».

En 1937, il fonde avec le Voltaïque Ouezzin Coulibaly le « syndicat des enseignants d’Afrique occidentale Française ».
Il devient membre du « Bloc soudanais » créé par Mamadou Konaté.

En 1943, il fonde la revue avec son ami Jean Marie Koné « L’œil de Kénédougou » dans laquelle il critique le pouvoir colonial. Cette même année, est créé à Bamako le Rassemblement démocratique africain (RDA), présidé par Félix Houphouët-Boigny. Il prend le poste de secrétaire général de l’Union soudanaise R.D.A.

En 1948, il est élu conseiller général du Soudan français au titre de la circonscription de Bamako – Kita.
En 1953, Modibo Keïta est élu conseiller de l’Union française.

Le 26 novembre 1956, il devient maire de Bamako et est élu député à l’assemblée nationale française dont il devient vice-président.


*
Il siègera deux fois comme secrétaire d’État dans les gouvernements français de la Quatrième République : Secrétaire d’État à la France d’Outre-mer du gouvernement Maurice Bourgès-Maunoury (du 17 juin au 6 novembre 1957)

* Secrétaire d’État à la Présidence du Conseil du gouvernement Félix Gaillard (du 18 novembre 1957 au 14 mai 1958)

En 1958, Modibo Keïta est élu président de l’Assemblée constituante de la Fédération du Mali.

Modibo Keïta à la tête du Mali

Le 20 juillet 1960, Modibo Keïta est nommé chef du gouvernement de la Fédération du Mali (qui regroupe le Soudan Français et le Sénégal). Après l’éclatement de cette fédération, le 22 septembre 1960, il proclame l’indépendance du Soudan français qui devient la République du Mali. Il en prend la présidence.

Socialiste, il oriente le pays vers une socialisation progressive de l’économie, d’abord de l’agriculture et du commerce avec la création en octobre 1960, de la SOMIEX (Société Malienne d’Importation et d’Exportation).

Le 19 novembre 1968, le lieutenant Moussa Traoré organise un coup d’État et renverse Modibo Keïta qu’il envoie en prison à Kidal. Durant dix ans, de 1968 à 1978. Le pays est alors dirigé par le CMLN (Comité militaire de libération nationale).

Modibo Keïta meurt en détention à Bamako le 16 mai 1977 à l’âge de 62 ans dans des circonstances suspectes.

Klézié

19 Mai 2008